Je suce, reviens !

 
 

3,99

Godefroy de La Mettrie

ePub sans DRM

Description

Dans la crypte d’une chapelle de Cordoue, une Confrérie sexuelle se livre à des orgies pour absoudre des putains de passage. Et son Grand Prêtre utilise souvent un sentier étroit pour faire entrer ses ouailles dans le droit chemin.
Morgane se voit bientôt forcée de confesser ses péchés pour sauver son amant des griffes de cette Inquisition lubrique. À plusieurs et les bras en croix, la pénitence ne fait que commencer…
Morgane revient parmi les siens !

Godefroy de La Mettrie réinvente le roman de gare à l’heure du numérique. Des récits coquins et débridés qui se savourent comme un bonbon acidulé.

Début d’orgie

Le cortège se disperse. On s’assoit. Seul le Grand Prêtre reste debout pour s’engager dans un sermon récitatif, énumération des règles du Code de la Confrérie. Il se tait. On installe une sorte de table basse au milieu du groupe, long plateau en bois épais ciré. Deux cagoulards poussent brutalement un homme aux yeux bandés, fatigué, nu. Gus Johnson ! L’amant malheureux de Juana. Le pauvre type. Il a déjà dû en voir de toutes les couleurs ! On le bouscule jusqu’au plateau où il est attaché, membres en croix.

Je tremble presque. L’impression d’être observée. Je me retourne. Rien. Une peur stupide.

Petite cérémonie officielle ressemblant à un jugement dont le verdict est prévu. Le condamné n’a pas voix au chapitre. Tout n’est qu’une mascarade, des simagrées. Pensent-ils détenir le droit de juger, ces guignols décrépits ? À les voir, on croirait qu’ils sont l’autorité divine.

Le Grand Prêtre frappe dans ses mains. D’un réduit attenant à la salle, on fait venir deux femmes, nues, l’une corpulente et usée, l’autre dessinée comme une venus. Elles se prosternent devant le Maître et l’embrassent au niveau du sexe. Puis, automates bien programmées, elles s’approchent du supplicié, un sourire niais aux lèvres.

La matrone fait le tour du plateau et s’arrête à l’extrémité où sont attachées les jambes de Gus. Elle se courbe, pose un genou sur le bois épais, entre les pieds de l’Américain, considère la masse génitale, la tâte, fait la moue, déçue de la trouver si molle.

La Vénus s’assied près du mâle allongé, les fesses calées au creux des reins à peine musclées. Plus romantique que sa collègue, elle pose une main sur le ventre du prisonnier et balade ses doigts en une caresse lente qui progresse bientôt jusqu’à la racine du pénis recourbé.

Jalouse, la grosse putain se penche pour entreprendre le sexe du bout d’une langue râpeuse, écœurante.

L’autre fille de joie plante une main nerveuse dans la chevelure en désordre et tire violemment pour envoyer la bonne femme rouler à terre et se garder le bel homme pour elle seule, un moment au moins.

Étalée sur le ventre, les cuisses bien séparées, la croupe abondante offerte au regard du premier venu, la grasse montre la sculpture brune de son vagin entrouvert, large fente velue aux replis détendus. Difficilement, elle se relève, furieuse, mais résignée : elle ne sera pas la première à faire jouir l’Américain.

Vénus caresse doucement les testicules, patiemment, observant les cagoules anonymes avec un sourire commercial ou moqueur, suivant les cas, comme si elle reconnaissait le regard de certains clients. Ses doigts manœuvrent le sexe presque automatiquement, avec une indifférence teintée de tendresse parfois. Elle oublie les curieux. Sa main se ferme sur le pénis qui se redresse un peu. Elle tire le prépuce pour dégager le gland et masturbe en un geste saccadé. La pression des phalanges est plus forte lorsque la main atteint le gland. La masse génitale s’érige, s’enfle, devient virile.

Véritable nymphomane à l’affût, la grosse se lèche les babines, songeant déjà à ce qu’elle fera du mâle lorsque ce sera son tour de le presser. Elle contourne la table et va dérober un baiser à l’Américain qui ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive. La langue épaisse s’enfile brutalement dans la bouche, fouille, balaie la cavité buccale. L’infâme amoureuse dandine le croupion, jouissant presque.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Je suce, reviens !”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UGS : 9782919071494 Catégorie :