Piège dans la neige

Sexe dans la neige

Aujourd’hui sort ma dernière aventure libertine, Cinéma Amateur, qui se passe en Suède. Pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous confie un épisode scandinave où nous nous sommes retrouvées en très mauvaise posture avec Éléna, ma copine de l’époque.
En faisant du ski, nous avons croisé un groupe de 5 hommes avec une caméra. Nos combinaisons moulantes ne les ont pas laissés indifférents ! Isolées comme nous étions, ils nous ont forcés à être filmées !
Heureusement pour nous, nous avons pu s’en tirer sans trop de mal….

 «»

Le chef commence à s’impatienter.

« Bon, à présent, les filles, c’est nous qui avons assez rigolé ! Allez, à poil ! »

Cette fois, l’ordre est lâché. Plus d’escapade ni de discussion possible. Pas d’idée non plus à se faire sur le sort qui nous est réservé.
Je décide de le prendre froidement et de ne pas me laisser intimider. Je n’ai jamais supporté l’aspect « victime » de ce genre de situation.

« Pas question ! Nous non plus on n’aime pas se découvrir. On aurait trop peur d’attraper froid !

C’est vrai, vous avez raison… avec toute cette neige… » semble sérieusement hésiter le chef, sans doute revenu à des considérations plus amènes.

Nous nous regardons tous interloqués. Abandonnerait-il soudain tous ses projets ? Mais il ajoute aussitôt.

« Bon, c’est d’accord, les filles, ne vous déshabillez pas entièrement. Vous pouvez garder vos skis ! termine-t-il dans un éclat de rire retentissant.

Très drôle, en effet ! dis-je.

Pas aussi drôle que tu pourras le constater toi-même dans quelques instants, si tu ne t’exécutes pas illico presto !

Ah oui ? Vraiment ! Et si on refusait ? Voyez-vous, je ne vois pas quelle est la différence entre un viol et un viol !

Vous n’allez quand même pas nous tuer ! s’enhardit Éléna qui jusqu’à présent n’avait trop rien dit.

Je serais toi, je n’en serais pas si sûre, menace l’un des hommes.

Il a raison, ce ne serait pas impossible du tout ! dit entre ses dents son voisin en sortant de la poche de son anorak un couteau à cran d’arrêt qu’il actionne aussitôt pour diriger la lame vers moi. Allez, magne-toi ! Dis d’abord à ta copine de se mettre à poil, sinon, on te règle ton compte, vite fait bien fait !

Faites ce qu’il vous dit, toutes les deux, intervient le cinéaste amateur. Je connais mon copain, il s’énerve vite et il est tout à fait capable de faire ce qu’il dit. »

Le ton monte. Ils s’excitent. Leur nervosité grandissant en même temps que leur désir lubrique ne peut rien amener de bon. Ils deviennent à présent de vraies bêtes en rut prêtes à se jeter sur nous avec violence.

« Ça te fait bander, ça, mon coco, de filmer des gonzesses à poil sur la neige, non ? »

Tiens, tu me prendras quand elle me fera un petit plaisir. Pas vrai, ma mignonne, que tu vas me faire une petite gâterie ? dit-il en attrapant Éléna par le menton si fort, qu’elle en tire une grimace affreuse. On n’aura jamais vu ça au cinoche, même avec Greta Garbo : une super nana tremblant de froid et de désir, en train de lécher la plus grosse bite du monde.

Là, tu ne peux pas dire ça, Max. La plus grosse, c’est la mienne ! Tiens, t’as qu’à zieuter. «

En disant ces mots, l’homme, au comble de l’excitation, extirpe de sa braguette, un sexe long, trapu, énorme.
Se prenant au jeu, les trois autres compères applaudissent.

« Ah, ça ! Pour un beau, c’est un beau !

T’aurais dû leur montrer avant ! Cela nous aurait évité de vanter l’article !

C’est pas un sexe pour les pucelles ça les gars.

Vous en avez de la chance, les filles, de vous faire un gars comme lui ! Une queue comme la sienne, ça doit compter dans la vie d’une femme ! »

L’intéressé se trémousse sur place et ne se sent plus d’aise. Il pointe son sexe démesuré vers qui veut le voir.

«»

 

Retrouvez la suite de cette aventure en groupe dans Cinéma Amateur !

Share this post