La Proie d’ébène

Salut à tous,

Après Istanbul, le directeur de mon journal m’a envoyé au Kenya pour couvrir un sommet international. Comme tout sommet, cela est souvent long….très très long ! J’ai profité de mes longues heures d’attente dans le lobby de mon hôtel pour écrire une nouvelle aventure aux parfums de l’Afrique et de la Savane !

Si parfois j’invente un peu pour mes romans, l’anecdote que je raconte ici s’est vraiment passée (j’ai par contre changé les prénoms, je n’avais pas envie qu’on puisse identifier ma naïade !!) J’espère que vous aimerez cette aventure coquine dans la piscine de mon hôtel de Nairobi !

«»

Soudain, j’entends l’eau murmurer. Quelqu’un nage doucement d’un bord à l’autre. Je fouille dans l’obscurité jusqu’à découvrir une forme humaine aux rondeurs délicieuses. La naïade est africaine. Sa peau est café au lait !

« L’eau est délicieuse ! » roucoule-t-elle en s’approchant du bord où je me trouve. Ses yeux pétillent de jeunesse. Elle est belle. Se hissant à la force des bras, elle s’assoit près de moi, souriante. Placés haut sur son buste et légèrement en poire, ses seins pointent. Au bas du ventre, sa toison féminine dessine un coussinet soyeux qui se sépare en deux autour des replis roses de son sexe : elle a les cuisses ouvertes et une jambe repliée, talon contre une fesse appuyée sur le bord du bassin.

Mon peignoir s’entrouvre sur mes rondeurs et le souffle léger du vent vient taquiner les zones érogènes de mon corps, ajoutant à ma frivolité.

« Je me prénomme Koa ! » fredonne gentiment mon amie de la nuit.

Je lui murmure mon prénom.

« Léa… Koa… nous sommes des filles de l’amour ! » énonce-t-elle avec une nuance de malice dans la voix. Elle parle français sans aucun accent, mais elle doit pratiquer l’anglais et le swahili avec la même aisance. Si sa peau n’est pas aussi foncée que celle des gens d’ici, c’est qu’elle doit avoir un père africain et une mère européenne.

Soudain, elle se retourne et, les mains appuyées sur le bord de la piscine, elle bat des pieds dans l’eau, me regardant de son sourire coquin.

« Viens ! » fait-elle avant de se laisser couler le long du marbre bordant le bassin. Jusqu’à passer dans le faisceau éblouissant du projecteur resté allumé de ce côté de la piscine. Puis, elle se couche au fond de l’eau et nage lentement en arrière, les yeux ouverts et la bouche souriant toujours avec la même malice.

L’eau est tiède.

Mon peignoir ne reste pas longtemps accroché à mes épaules. Nue, je descends doucement dans le bain, me laissant surprendre par l’onde calme qui m’épouse par amour et m’offre déjà les voluptés secrètes d’une lune de miel. Le menton posé à la surface du bain, je glisse sur l’eau et m’enfonce pour rejoindre Koa.

Ensemble, nous nageons presque au fond de la piscine jusqu’à ne plus pouvoir résister, les poumons criant leur asphyxie. Comme aspirées vers la surface du bain, nous remontons, enlacées sans le vouloir.

« Délicieuse, non ? » murmure ma jeune amie tandis que la pointe de ses seins flirte avec les boules durcies de mes tétons.

Je fais oui de la tête. Mes lèvres effleurent sa bouche. Un désir naît doucement en moi et s’épanouit librement. Pourquoi refoulerais-je cette envie délicieuse qui me surprend et me réjouit ?

Koa ricane doucement. Laissant sa bouche frémir un instant contre la mienne, elle s’évade soudain en nageant un crawl silencieux, les jambes serrées et les fesses sorties de l’eau, comme pour me provoquer davantage. Son corps ondule jusqu’au bord du bassin. Là, elle se redresse lentement et se tourne vers moi, pédalant dans l’eau pour garder le buste en surface. Sa peau scintille et les étoiles semblent se refléter sur son corps comme sur un miroir fantastique.

Enjouée, je la rejoins. L’émotion grandit en moi. Une étrange fièvre m’envahit. Tout frémit en mon corps et une boule de feu roule nerveusement dans le secret de mes entrailles. Le désir devient irrésistible.

« Tu es très belle ! » me complimente la jeune Africaine en laissant encore sa poitrine caresser mon buste. Mais, cette fois, sa bouche ne se contente pas de frémir contre mes lèvres : la pointe de sa langue curieusement rose passe furtivement entre mes muqueuses, et repasse plus paresseusement, s’enfilant entre mes dents pour cueillir un baiser interdit que je ne refuse pas.

À nouveau, elle m’échappe, nageant jusqu’au centre du bassin où elle s’immobilise en attendant que je la rejoigne. Son petit rire malicieux coule en cascade à la surface du bain. Ses yeux scintillent comme des lucioles.

Une fois contre elle, je m’accroche à son cou. Mon pubis frissonne contre son bas-ventre. Mes seins s’écrasent contre les siens. Ma bouche ne reste pas longtemps sage contre ses lèvres à la pulpe savoureuse. Puis, nos jambes se nouent et nous coulons un peu.

À présent, Koa ne retient plus ses caprices voluptueux. Ses mains caressent mes flancs avant de fouiller entre mes cuisses pour allumer plus encore les trésors de ma féminité. Un doigt trouve facilement le « Sésame » de mon intimité sexuelle.

Tourbillonnant au milieu de la piscine, nous récoltons un plaisir érotique qu’il serait bien impossible de nous interdire. Mais où est le mal ? Ces caresses n’ont pas le goût du vice. Ces baisers ne sont pas pernicieux. Un élan de tendresse, ou d’amour tendre, nous réunit. La vie est trop courte pour qu’on en refuse les plaisirs.

Tandis que ma langue va et vient dans la bouche de Koa, mes mains s’accrochent à ses fesses et je la serre contre moi, pour sentir son pubis frissonner contre le mien. Le frottement s’aggrave. Nous nous berçons l’une contre l’autre, jusqu’à améliorer la fièvre érotique qui nous surprend. Les pulsions s’épanouissent. L’aventure se complique. Une merveilleuse audace nous guide. Bientôt, j’ai le sexe investi et mes doigts explorent la féminité de mon amie. Des frissons montent en nous, au même rythme, avec la même force. Le plaisir ne sera pas long à venir.

La surface du bain dessine une onde folle autour de nous. L’eau nous caresse. Ajoutant à notre ivresse une magie particulière.

Puis, la fête explose en nous. Un feu d’artifice éclate au fond des entrailles. Une sève brûlante coule dans nos veines et dans les boucles de notre féminité.

Longtemps, nous restons soudées l’une à l’autre, encore étonnées d’avoir cueilli ce bonheur facile. Puis, nous nous séparons, nageant chacune vers un bord de la piscine, comme si nous décidions de nous séparer définitivement avant que d’avoir à en souffrir. L’aventure amoureuse entre deux femmes ne devient grave que si elle persiste. Il faut savoir en faire un instant, et rien qu’un instant.

Tandis que je m’assois sur le bord du bassin et que j’enfile mon peignoir, j’entends la voix de Renaud Angevin monter parmi la nature endormie.

« Léa ? » appelle-t-il en se dirigeant presque par instinct vers le bassin où je suis.

De l’autre côté de la piscine, Koa récupère une serviette de bain qu’elle avait déposée sur le marbre froid et, sans se tourner vers moi, elle disparaît dans l’obscurité troublée par quelques lucioles qui évoquent ses yeux.

«»

Retrouvez la suite de cette nage érotique dans « La Proie d’ébène » !