Chez les Mirzan, respectable famille de notable de Chartres, rien ne va plus ! Les deux enfants, Paul et Adeline, ont été surpris en flagrant délit de libertinage. Et si la faute en revenait à leur précepteur, un abbé, adepte de la sodomie, aussi laid que prompt à corrompre la jeunesse par toutes les voies, même les plus étroites…

Extrait

Ayant goûté les plaisirs de la sodomie, Adeline acquit une vigueur de tempérament, qui ne laissa pas d’embarrasser l’abbé. Il devenait impossible d’enrayer le mouvement. Douée d’une profonde astuce, elle débuta merveilleusement dans sa féminité.

Elle coqueta, enragea son professeur qui montra moins de réserve et il l’autorisa à des visites nocturnes plus fréquentes. Il en résulta des fatigues, des lassitudes, qui inquiétèrent la famille, laquelle ne soupçonnant pas la source du mal, expédia la jeune fille à la campagne, chez sa grand-mère.

L’abbé, mis en garde, observa la défiance au retour, et Adeline ne trouvant plus de son côté l’aliment qu’elle espérait, se tourna vers son frère.



Paul Mirzan, moins avancé que sa sœur, marchait alors sur ses quinze ans. Il s’amusait aux jeux enfantins, ne frayait pas avec les garçons de son âge, et vivait dans une quiétude absolue sous le rapport des sens. Il n’était cependant pas un benêt, mais l’idée cochonne ne luisait pas encore dans son cerveau. Les enfants ayant toute leur liberté, par cela qu’on les croyait imbus des principes religieux, jouaient ensemble dans leurs récréations qu’ils passaient au jardin, et sans aucune espèce de surveillance.

Entre un frère et une sœur

Un après-midi où Adeline, dépitée de la réserve de l’abbé, assise sur un banc, lisait des yeux une histoire quelconque, son esprit voyageant ailleurs, son regard tomba sur Paul qui, un peu plus loin, avec un canif, creusait un jonc pour essayer d’en fabriquer un sifflet. Elle fut frappée de sa tournure élégante et pensa qu’il y aurait du plaisir à l’initier à la fameuse science défendue. Comment s’y prendre ? En allant droit au but. Elle fit quelques pas, se dissimula derrière un bouquet d’arbres, dénoua adroitement son pantalon et, appelant son frère, lui dit : — Paul, mon pantalon s’est détaché et je ne puis le ranger, aide-moi. Se retroussant, elle présenta au jeune garçon le bas de son corps, caché, il est vrai, par la chemise, mais accusant de respectables rotondités, par l’allure qu’elle imprima aux fesses. Il se baissa pour ramasser le pantalon qui gisait aux pieds de la folle enfant et en se courbant, regarda sous la chemise. Il eut comme un trait de lumière, releva lentement le pantalon, s’embrouilla et, sans savoir comment, ses mains effleurèrent le cul de sa sœur. — Oh Paul ! dit-elle simplement. Mais elle avait soulevé la chemise, le cul apparaissait tout nu et Paul, ne se contentant plus de l’effleurer, le palpait avec beaucoup d’entrain. — Qu’est-ce que tu fais là ? ajouta-t-elle. — Ça m’amuse de te tripoter. — Que tu es bête, pourquoi ça ? — Je ne sais pas. — Tu en as bien un pareil ! — Il n’est pas si joli. — Fais voir. — Si on nous surprenait, Adeline ? Elle ne s’en moquait pas mal. Déboutonnant son frère, elle donna la volée à sa quéquette et, simulant l’ébahissement, elle s’écria : — Ah ! qu’est-ce que tu as donc là ? — Oh, dit-il à son tour, d’où vient que tu n’en as pas ? — C’est tout plein gentil, cette machinette ! — Tes mains la brûlent et lui font plaisir. — Caresse-moi comme je te caresse, oh, c’est bon !

Un craquement de pas les rappela soudain à la prudence ; ils s’apprêtaient à commettre quelque folie. Se rajustant rapidement, ils représentèrent la plus parfaite innocence aux yeux de la cuisinière qui allait, au fond du jardin, cueillir de la salade. Ils semblaient étudier les plantes et la fille n’attacha aucune attention à eux. Sa cueillette terminée, elle repassa, leur sourit et rentra. Dès qu’elle eut disparu, Paul demanda à sa sœur : — As-tu remis ton pantalon ? — Oui, mais ça ne fait rien ; regarde, il est ouvert entre les jambes, tu peux passer la main. — Tu es gentille, amusons-nous, hein, veux-tu ? — Nous serions mieux ailleurs ; mais on se douterait de quelque chose si nous retournions tout de suite à la maison ; nous nous entendrons pour une autre fois. Oh, qu’est-ce que tu fais là, Paul, ce n’est pas ton nez qu’il faut y enfoncer ; je crois que ce serait plus agréable si tu essayais d’y pousser la machine que tu as entre les cuisses. Paul, agenouillé sous les jupes d’Adeline, après avoir honoré le devant d’une courte visite, avait passé de l’autre côté et, en gourmet, tortillait les fesses de la fillette, y fourrant le nez dans sa naïveté, les caressant de son front qu’il promenait sur elles, les manipulant avec une émotion grandissante. Elle se frottait complaisamment contre son visage et tous deux s’excitaient. Haut, sortant de dessous les jupes pour respirer un moment, elle le fit lever et, s’emparant de sa queue qui bandillait, elle le suça.

Ils comprirent qu’il ne fallait pas allonger le jeu pour ne pas s’exposer à quelque désagrément et ils quittèrent le bosquet où ils s’abritaient. — Nous recommencerons souvent, dit Paul. — Oui, répondit Adeline, mais en bien nous cachant. L’abbé flaira-t-il cette rivalité du jeune bambin ? Il s’arrangea pour prévenir la fillette qu’il l’attendrait cette nuit-là. Ces escapades nocturnes devenaient des plus rares. Il les espaçait à de longs intervalles et c’est à peine si, depuis le retour d’Adeline de la campagne, elles s’étaient renouvelées plus de cinq fois. Il se satisfaisait avec les pelotages, les décharges lorsque la chair le tourmentait, et se garait des imprévus dangereux des nuitées. D’un autre côté, la hardiesse de la jeune fille l’impressionnait et l’effrayait. Deux fois seulement il la sodomisa, se retenant pour ne pas élargir un trou qui en cas de maladie le dénoncerait. Il y a des calculs chez les plus pillards. Dans ces escapades, l’impunité développait le courage et l’audace d’Adeline. Cette nuit-la, parvenue dans la chambre de l’abbé, elle s’amusa à le faire soupirer. Révélant sa présence par le heurtement léger d’une chaise, elle resta immobile et, ses yeux s’accoutumant à l’obscurité, elle l’aperçut assis sur son séant, intrigué ; la myopie de ses yeux l’empêchait de la distinguer.

Minette, feuille de rose et sodomie

Il étendait les bras pour la saisir ; une jambe pendante sur le rebord du lit, il n’osait remuer de peur de quelque bévue. Derrière la chaise, elle se débarrassa de sa chemise et de son jupon et, toute nue, vint au pied du lit. L’abbé vit alors son ombre, et comme elle ne bougeait pas, il se leva et s’en approcha. Il l’enveloppa de ses bras, et elle n’opposa aucun mouvement. La pelotant avec ardeur, il s’accroupit sur le sol, la dévorant de minettes, de feuilles de rose, et commença le jeu du médecin au trou du cul. Elle résista, et il l’enlaça, la baisant sur le nombril, la ceinture, les seins, la pressant de plus en plus contre lui.

La coquine lui tirant la chemise vers le cou témoigna qu’elle le désirait nu. Il s’empressa d’obéir ; et alors, se penchant sur son épaule, elle abandonna ses lèvres à ses suçons et l’affola de telle façon qu’il chercha à enfoncer le doigt dans le conin. Elle serra les cuisses et roula sur le tapis à ses côtés. À quatre pattes, il lui lécha le trou du cul, puis sauta sur sa croupe et la sodomisa de la plus brutale des manières.

Il se recoucha et elle se retira.

Découvrez plus de titres de la collection Erotica !


Retrouvez l’intégralité de cette histoire de sexe et de 69 dans Le chantage raconté par Sarah Adams

Avec tendresse, je défais les boutons de sa chemise après avoir fait glisser son veston. Mes doigts ne se précipitent jamais. L’attente est magique, le désir augmente, l’ivresse domine.

George Galow se retient. Il voudrait me prendre dans ses bras, me dévêtir également, caresser mon buste comme je caresse sa poitrine velue, faire naître en moi des sensations aussi séduisantes que celles qui se propagent en lui, doucement, sous le contact précis de mes doigts.

Derrière moi, une immense glace reflète le moindre de mes gestes, l’ondulation sucrée de ma croupe, le mouvement langoureux de mon corps. L’éclairage de la pièce rend ma robe transparente. Je suis presque nue dessous. Les formes de ma féminité sont ainsi mises en valeur et rendues plus mystérieuses, plus alléchantes.

— Non, simplement grisé. »

La coupe n’est pas vidée. Il me la tend pour que j’ingurgite le fond du verre. Je rajoute du Champagne et j’avale le merveilleux breuvage d’un seul trait.

Mes doigts s’aventurent sous la ceinture du pantalon et vont déclencher des pulsions secrètes qui ne demandaient qu’à s’exprimer. La virilité de mon partenaire s’accroît doucement. À son âge, certain, mais guère trop avancé, l’érection vient progressivement à mesure que les caresses se compliquent, se précisent.

Il veut défaire ma robe.

Je m’agenouille et rampe devant lui

Je le repousse immédiatement. Mon sourire disparaît. Je me fais distante, froide, méchante. Avec d’autres partenaires, j’aurais giflé. George Galow n’accepterait pas cette offense et le jeu en serait complètement faussé. Avec lui, il me faut précipiter un peu les choses et je défais immédiatement la braguette de son pantalon pour retirer ce symbole de supériorité masculine. Rapidement, je défais tous les autres remparts à sa pudeur et, lorsqu’il est enfin nu, George Galow est déjà un peu vaincu.   Je me recule d’un pas pour que ma nudité lui apparaisse davantage sous la transparence de mon vêtement, pour que son désir s’améliore. Puis, je m’agenouille et rampe presque vers lui, appuyant une joue contre son ventre, tout près de sa virilité. Un silence érotique nous enrobe. Ma bouche se pose à peine au-dessus de son pénis et je laisse couler un peu de salive parmi les boucles argentées. Mes lèvres commencent alors un ballet pervers le long de la hampe animée par un frétillement constant, gonflée par un désir de plus en plus fort, réchauffée par mes soins. Jamais je n’effleure l’extrémité de la verge, trop sensible. Mes mains s’accrochent aux cuisses, tout près des fesses, et je hasarde parfois une caresse sur le périnée, entre les testicules et l’anus. Je joue encore un peu à l’exciter jusqu’à sentir qu’il ne résistera plus très longtemps. Alors, je l’abandonne pour m’approcher de la table ronde. Je retire le seau à Champagne et la coupe vide pour les poser par terre. Puis, sans cesser d’observer la virilité de mon partenaire, je m’assois sur le bois poli, lustré, froid. George fait un pas en avant et s’arrête. Lentement, je relève ma robe tout en faisant basculer mon corps jusqu’à m’allonger sur le meuble. Mes cuisses sont serrées. Je ne porte pas de culotte. Les élastiques de mon porte-jarretelles dessinent d’étranges veines sur ma peau blanche, de part et d’autre du coussinet pubien. George frémit. Patiemment, j’ouvre mes jambes, sans hâte. La peau un peu plus obscure de mon sexe apparaît. Je sens les replis de mon intimité se séparer légèrement. Le jeu m’excite également et une humidité agréable se manifeste au plus profond de ma vulve, rendant brillantes les lèvres encore soudées de ma féminité. George n’a jamais dû désirer une femme autant que cela. Sa puissance masculine oscille au bas de son abdomen et s’il ne se rue pas sur moi, c’est qu’il espère encore davantage d’érotisme. Je le comble.

Tout en continuant à ouvrir mes jambes, je les soulève et les replie pour poser mes pieds sur le bord de la table et offrir en spectacle mon vagin encore mystérieux. « Viens. » Il s’approche, croyant que je vais le laisser me prendre tout de suite. Mes mains rampent doucement jusqu’à mon pubis et s’insinuent entre mes cuisses pour ouvrir davantage mes trésors féminins. Les lèvres qui se posent sur mon corps me font toujours frémir, la chaleur des muqueuses me procure des sensations que je ne peux guère refouler. Le baiser s’attarde au bas de mon ventre, produisant un effet que je n’attendais pas. Je voulais jouer encore avec le feu, mais les flammes me brûlent trop. George doit bien le sentir. Il se redresse enfin, pose ses mains sur mes hanches et me pénètre violemment, profondément, m’ôtant un hurlement de plaisir que je n’avais pas programmé. J’ai beau tenter de rester maîtresse de mes réactions, je n’y parviens pas et, durant tout le coït, je suis à nouveau une femme amoureuse avec ses faiblesses. La Reine de la perversion est bien loin. George Galow n’est plus mon client, mais mon amant, un merveilleux amant qui me possède complètement, fabuleusement. Tout mon corps se convulse, des sensations naissant un peu partout à la fois, comme autant de fournaises qui se rejoignent pour créer une tourmente extraordinaire, une explosion volcanique. Je me débats, je gesticule, je pleure de plaisir, je m’agrippe à la table comme pour ne pas glisser trop vite vers le gouffre de la jouissance. George est le plus fort et m’y entraine immédiatement. Il enfonce ses doigts dans mes hanches, agitant son ventre entre mes cuisses pour précipiter le plaisir qu’il veut prendre également. Je l’ai trop excité. Son ivresse est devenue une folie. Sa violence m’effraie et me comble à la fois. Je crie chaque fois que le gland heurte le fond de ma vulve, je gémis dès que la hampe ressort de mon fourreau sensibilisé, caressant la boule surchauffée de mon clitoris.  Il sort soudain de moi et s’étale sur la couche. De mon corps, je fais un pont au-dessus du sien. Puis, je m’écrase doucement contre son buste pour que mes seins frôlent son épiderme encore légèrement humide. La pointe de mes tétons se durcit. La caresse devient subtile. Je promène ma poitrine près de son cou pour décrire d’étranges messages autour de ses épaules. Je l’oblige à embrasser la pastille du sein gauche.

 

 Je rabaisse ma croupe pour l’obliger à un 69

Il mordille ma chair sensible. Capricieuse, je me soustrais à cette succion trop excitante. Je veux rester maîtresse, cette fois-ci. Ma poitrine glisse doucement jusqu’au nombril, puis s’attarde plus bas dans les poils du pubis. J’approche mes genoux de son visage, mon visage des siens. Doucement, je passe une jambe par-dessus son corps pour offrir mon sexe à sa bouche trop passive. Mes lèvres se referment aussitôt autour de son gland. George souffle involontairement dans les boucles de mon pubis, se contentant d’observer les formes divines de ma sexualité. Lentement, je rabaisse ma croupe pour obliger mon amant à renifler l’odeur de ma chair, pour le contraindre à embrasser mon sexe et à lui prodiguer ses soins. Ma langue pivote lentement autour du pénis qui s’enfle, frémit, oscille. Tout mon corps s’anime en un va-et-vient longitudinal. Je m’applique à accroître le volume du pénis que je suce et mordille, que j’embrasse et tête, que je caresse du bout des lèvres et use de l’extrémité de la langue. Mes lèvres s’aventurent jusqu’aux testicules dont la peau se contracte. La pointe de ma langue dévie vers l’épiderme trop sensible entre l’orifice anal et le scrotum. Puis, je reviens manœuvrer le phallus que je presse davantage entre ma langue et mon palais, faisant couler ma salive jusqu’aux glandes génitales. Parfois, une pulsion plus violente contraint George à cesser le ballet de sa langue dans mon sexe. Je sais alors qu’une pression plus délicate de ma langue sur son gland suffirait à déclencher l’orgasme. Je ralentis ma frénésie pour prolonger le jeu. Bientôt, je ne peux plus retarder l’expression de sa jouissance. Un dernier coup de langue, une dernière succion, la pression trop forte du palais sur son gland : l’onctueuse giclée de sperme jaillit dans ma bouche. Je le satisfais sans penser à mon propre plaisir. Mais, n’est-ce pas déjà le plaisir que d’offrir la jouissance ? Il voudrait dévorer mon sexe à présent, comme pour me remercier de l’avoir à nouveau fait jouir. Je le laisse renifler entre mes cuisses, lécher mon intimité, essayer d’animer d’autres exploits en moi. Sa virilité ne décroît pas. Je m’attache à prolonger l’érection, à la renouveler. Puis, lorsque je suis enfin certaine que son désir ne disparaîtra pas, je fais glisser ma croupe sur lui jusqu’à emprisonner le phallus turgescent dans ma vulve.

Dans ce 69 torride, George ne voit que ma croupe. Ses mains grimpent rapidement sur mes flancs pour attraper les seins, les pétrir, les écraser. Je l’oblige à garder les jambes légèrement repliées pour pouvoir m’accrocher à ses mollets. Puis, je bouge sur lui, je danse, je saute presque. Le pénis déclenche un appétit sordide en moi, une formidable envie de jouir. J’accélère le rut, anime mon bassin différemment, par saccades. Les mains viriles quittent mes seins pour rattraper mes reins et ralentir ma frénésie. Je refuse d’être guidée. Je me fais plus amazone, plus dominatrice. Une folie sexuelle me commande, un besoin impérieux de déclencher l’orgasme : le sien et le mien. Je cavale sur lui comme une damnée. Le frottement du pénis dans mon vagin devient presque insupportable. Je crie. Je me démène. Mes chairs se contractent. Mon clitoris éclate. Le sang afflue partout dans mon corps comme s’il allait gicler de toutes parts. Puis, je ne sais plus. George jouit sans éjaculer.

Cette fois, c’est mon sexe qui suinte, saigne une matière incolore qui souille le bas-ventre de mon amant. Un mouvement secret se poursuit dans le fond de mes entrailles, une animation délicieuse qui se prolonge encore et encore, jusqu’à m’épuiser. Alors, je me laisse tomber sur le côté, libérant l’amant et moi-même. Je me recroqueville. Je ferme les yeux. Je suis bien.


Chers amis lecteurs,

Voici un extrait d’une fête très particulière à laquelle Louise, l’auteur des Madones de Venise a participé quand elle était en Italie. Elle a un peu romancé, mais l’orgie a bien eu lieu.

J’espère que cette histoire vous excitera…

Baci,

Léa

Orgie vénitienne

Nous ne sommes pas pressées de descendre. Nous entendons déjà de notre chambre le brouhaha des voix des invités qui viennent d’arriver.
Nous avons pris, Max et moi, notre bain ensemble. J’avais besoin, après cette folle jouissance vécue avec Flora de recouvrer une certaine quiétude de mon corps. La vapeur du bain, les doux massages de Maxence me l’ont fait retrouver.
En sortant de la salle de bains, Maxence m’a allongée sur le lit. Il s’est couché sur moi, et nous avons fait l’amour ensemble, comme des milliers de gens sur la terre. Et c’était bon.
Il a labouré mon ventre un long moment. Doucement. Il n’y a eu aucun affolement dans nos deux corps. La quiétude et le bonheur de sentir simplement nos deux sexes insérés l’un dans l’autre, se quitter pour se retrouver ensuite. Délicieusement bon de rythmer les battements du cœur au martèlement du sexe viril, de ne plus penser qu’à lui. De se laisser flotter. Délicieusement bon de jouir en silence, dans l’apaisement des sens qui, d’ordinaire, fusent de tous côtés.
J’ai voulu garder le sperme en moi, afin de conserver et de prolonger encore le goût de l’amour. Présence discrète au sein de mon ventre, simplement connue de moi, insoupçonnable, même au milieu d’une foule dense.



Maxence s’est finalement trouvé un costume qui lui va bien. Une redingote bordeaux sur laquelle sont cousus des gros boutons dorés. Un galon de tissu précieux, jaune, bordé d’un liseret jaune et rouge sur lequel se dessinent des écussons symbolisant on ne sait quelle noblesse, suit le revers visible de la veste et se poursuit dans le cou. Il porte dessous, un jabot blanc en dentelles.
Il s’est coiffé d’une tricorne noir, a relevé le col de sa redingote et s’est caché le visage sous un masque couleur terre cuite qui épouse son nez, recouvre sa bouche.. Seuls ses yeux bleu cristal, qui regardent au travers des petits trous prévus pour voir sans être vu, permettent de l’identifier.
« Tu as l’air d’un mystérieux aventurier, ou d’un capitaine au long cours, tout aussi mystérieux.
— Non. Je suis un abominable malandrin ! dit-il en grondant pour me faire peur. Je suis un voleur de Pierrot, poursuivit-il en m’entourant de ses bras.
— Tant que tu ne te sens pas l’âme d’un violeur de Pierrot ! » dis-je en riant et en me dégageant.

Je jette un dernier coup d’œil dans le miroir avant de descendre.
« Inutile, tu es délicieusement belle ! » dit Max admiratif.
J’ai remonté mes cheveux sur la tête afin qu’aucun ne dépasse de la calotte noire sur laquelle ont été cousues d’innombrables paillettes argentées. À la manière des Pierrots, j’ai enfilé une large chasuble noire, sur un pantalon en soie noire également. J’ai posé en guise de col, tout autour de mon cou, une collerette de tulle blanc.
J’ai fardé mes paupières de paillettes argentées et je n’ai pas voulu faire couler sur mes joues, la larme du Pierrot. Je l’ai transformée en étoiles scintillantes que j’ai parsemées ça et là sur mon visage. Maquillage sans doute inutile puisque la tradition du Carnaval exige que chacun porte un masque. Le mien est blanc. Il est plus petit que celui de Maxence, il s’arrête juste au-dessous du nez et laisse ma bouche découverte.

Contrairement au rez-de-chaussée, baigné dans la lumière des lustres de cristal et des chandeliers, les étages et l’escalier sont plongés dans la pénombre.
Tout au long de la rampe qui longe le premier étage, luisent doucement dans le clair-obscur sur les meubles de bois bien cirés, des objets lourds en argent massif. Les étoffes et les tentures qui sont accrochées aux murs de pierre sont également lourdes, et malgré leur âge et leur usure, mettent encore en relief les scènes de chasse qui s’y déroulent.
Au fur et à mesure que nous descendons l’escalier, nous découvrons des toiles splendides, encadrées dans de larges cadres sculptés en bois peint couleur or, dignes de figurer dans les plus beaux musées du monde. Je crois reconnaître ici La tentation de saint Antoine signée Tintoret, là, Le sacrifice d’Abraham, probablement exécuté par l’École du Titien. Autant de toiles que nous avons vues en projection à l’École du Louvre.
Il est difficile d’imaginer, à moins de le voir réellement, comment il est possible de contempler tant de trésors réunis, dans ce lieu, qui n’a pourtant rien de sacré. Je repense aux soupçons de Flora sur son mari et sa passion insatiable des objets d’art. Je me dis qu’il n’y a pas de lieu pour loger une folie : maison, musée, cellule, théâtre…

Nous pénétrons dans l’immense salon de réception. Une vingtaine de personnages illustrent une commedia dell’arte vivante.
Deux Casanova masqués : l’un se contente d’un masque noir et d’un grand chapeau noir, l’autre, poudré à frimas et coiffé d’une perruque bouclée, blond décoloré, est ambigu à souhait avec sa mouche au coin des lèvres.
Ici, une fée enrobée de tulle rose, là, un Arlequin à l’habit rapiécé multicolore.
Certains se sont grimés d’or et coiffés de plumes, d’autres se sont contentés de porter des masques classiques et se sont vêtus d’habits du soir.
À voir leur prestance et leur maintien, il est visible que nous côtoyons là, la jet-society. La qualité des vêtements n’est pas là pour démentir cette impression. Malgré les masques qui les cachent, la voix forte et assurée de l’homme qui parle dénote l’avocat, la carrure de son voisin, l’ambassadeur.
Je constate avec bonheur qu’il n’y a aucun Pierrot dans l’assemblée.



Une femme vêtue d’une robe d’or s’approche de moi. Une cape, comme un éventail de soie lui recouvre le dos. Elle a fait glisser le long de ses cheveux, des rubans tissés d’or. Un masque étincelant comme le restant de sa parure lui recouvre le visage. À sa manière de me prendre la main pour m’amener au centre de la pièce, je reconnais Flora.
De manière tout à fait inappropiée pour l’endroit, elle remonte sensuellement sa main qui se resserre bientôt sur mon sein, ses doigts s’impriment dans la chair. Elle se rapproche, se colle derrière moi, plaque son ventre sur mon dos, et, oubliant tout à fait l’assemblée, me prend l’autre sein avec son autre main. Sa bouche se pose sur mon cou, remonte pour mordiller l’oreille.
Elle me dit en tremblant.
« Louise ! Le seul contact de ma main sur tes seins, même au travers de l’étoffe, vient de me faire jouir. — Je te veux ! Oh, je te veux ! dit-elle fébrilement en se serrant plus fort contre moi.
— Eh bien ! Si je m’attendais à cela ! lance Maxence non pas tant choqué qu’extrêmement surpris. Je ne me suis douté de rien !
— De la part des femmes, mon cher Maxence, il faut s’attendre à tout ! s’exclame Aldo en s’éloignant.
Flora ne daigne pas l’entendre. Elle ne daigne pas non plus porter attention à l’assemblée qui nous entoure. Son envie de moi est trop forte, elle vient de franchir le mur de la raison. De toute manière, ils sont tous venus pour cela. Ils ne vont pas être déçus.

Sa langue entre dans le conduit de mon oreille. La brûlure humide qu’elle crée en moi, me prend un soupir voluptueux. Je renverse un peu plus la tête sur son épaule et la tourne davantage afin de permettre à sa langue d’en parcourir mieux le relief. La langue entre et sort de mon oreille, simulant presque un pénis entrant et sortant dans le fourreau féminin. Je me tords doucement de plaisir. Je ne remarque pas qu’à chaque coup de langue, s’installe le silence. Les mains de Flora m’enserrent toujours les seins, et toujours serrée contre elle, je jouis en silence alors que rien ni personne n’a encore touché ou même frôlé mon sexe.
Le silence s’est définitivement installé. Tous les regards convergent vers nous. Ma chasuble de Pierrot est large. Mes cheveux sont toujours emprisonnés sous la calotte brillante. Ils doivent se demander qui se cache sous l’habit. Cette femme vêtue d’or entreprend-elle un jeune garçon ou bien une femme ?
Le mystère crée le silence, à moins que ce ne soit l’inverse.
Une voix sortant d’une bouche sans visage se fait entendre.
« Il serait peut-être mieux nu. Qu’en pensez-vous ? »

Le « il » visiblement me désigne. Flora a compris et entendu la question. Elle sent par intuition l’énigme que se posent les convives sur le sexe du Pierrot. Elle est décidée à les faire languir, je suis complice.
Elle me pousse au centre de la pièce, ils font cercle autour de nous.
Son ventre est toujours collé à mon dos. Ses mains descendent sur mes hanches pour remonter sous la chasuble. Cachées par la soie noire, elles pétrissent mes seins, les emprisonnent.
« Pourquoi ta peau est-elle si douce, Louise ? Je t’aime. »
Je ne réponds pas et me laisse sculpter.
Les mains apparaissent enfin visibles et caressant, pour les spectateurs, la soie noire. Tous dardent leurs yeux pour tenter de voir si le tissu suit le modelé de seins féminins ou non.

Un à un, elle déboutonne les énormes boutons de la veste de Pierrot, qui font une large raie blanche au milieu de mon corps.
Délibérément, elle prend bien garde de ne pas dénuder les parties qui donneraient trop vite la réponse que tous se posent.
Le fait d’être regardées par tant d’yeux sans visages nous plaît. Nous en profitons et nous voulons qu’ils en profitent également. Nous tentons cependant de freiner la surexcitation de nos sens.
Flora se plante devant moi. Elle n’a pas encore écarté les pans de la chemise. Nous sommes de la même taille. Nos bouches s’effleurent, nos langues en sortent et se combattent en dehors de nos lèvres. Les spectateurs assistent à ce duel. Tandis que nos langues se caressent, Flora fait glisser sa main sous l’élastique du pantalon noir. Elle descend vers la toison velue. Nos sens s’affolent lorsqu’un doigt force mon intimité. Je cherche à embrasser plus fort, à goûter le palais, mais nous sommes gênées par nos deux masques qui s’affrontent. À la fois, protégées et emprisonnées. Je voudrais, d’un mouvement impétueux, les enlever. Mais la règle du jeu nous l’interdit. Nous avons le droit de nous dénuder, de tout révéler de notre corps, excepté notre visage.
À la manière d’un serpent, le doigt poursuit son cheminement au milieu de la voie tracée naturellement par le corps. Il ignore le clitoris pour aller se nicher au plus profond de la vulve. La jouissance est forte. L’un des spectateurs de la salle ne tait pas la jouissance que nous venons de provoquer en même temps en lui. Ému, un autre hurle presque.

« Déshabillez-le ! »

Sentant l’excitation atteindre le paroxysme, Flora délaisse à regret la vulve et s’écarte légèrement de moi pour pouvoir enlever, à la manière des personnages officiels qui soulève l’étoffe de la statue qu’ils inaugurent, le voile qui plane sur la nature de mon sexe.
Elle écarte lentement les pans de ma chasuble de Pierrot qui s’ouvrent pour découvrir mes seins.
Un murmure dans l’assemblée.
« Une femme ! Pierrot est une femme ! »
Le saisissement des spectateurs est tel qu’il transmet presque à Flora, la surprise, malgré les attouchements que nous venons de faire, de se trouver en présence d’une femme. Elle se voit tout à coup, femme aimant une autre femme. Le spectacle d’elle qu’elle est de train d’offrir en même temps que de se donner à elle-même, la fait frissonner. Sa passion pour moi et pour mon corps est telle, à présent, qu’elle est prête à tout renier de sa vie de femme consacrée exclusivement aux hommes. Elle éprouve même un certain plaisir à ce que, désormais, cela se sache. Me découvrir en se découvrant publiquement est un aveu qui lui procure un bonheur sans égal.
Sa fièvre envers moi ne fait qu’augmenter. Elle fait glisser le long de mon corps, la chasuble noire devenue inutile. Je ne fais rien pour la retenir, je me laisse dénuder, je laisse ses mains puis sa bouche me parcourir.
Je me tiens toujours debout, les jambes légèrement écartées, afin de donner plus d’assises aux jouissances que je m’apprête à recevoir.
Sa bouche embrasse chaque grain de ma peau, s’attarde sur les seins, les délaisse, revient pour les mordiller, les exciter de la pointe de la langue.
Elle arrive à la hauteur du nombril sous lequel se tient l’élastique qui retient le pantalon.
Au fur et à mesure qu’elle progresse dans sa découverte. Flora fait rouler sous ses doigts, l’élastique qui descend ainsi progressivement et me dénude peu à peu.



À la manière des vaincus qui se laissent glisser le long du mur de leur prison, Flora, vaincue par son trop grand désir de moi, s’affaisse à mes pieds. Sa bouche est à la hauteur du triangle pubien. Son haleine me brûle, mon souffle déchaîne en moi une tempête. Je sens sur mes cuisses ses tempes brûlantes.
Fais pénétrer ta langue, Flora. J’ai besoin d’elle.
Je ferme les yeux, l’hésitation de la bouche de Flora à la porte de mon corps, m’entraîne aux écluses d’une folie qui ne demande qu’à s’exprimer.
Flora ne m’écoute pas, de même que je n’écoute pas ma folie. Son rôle est de me déflorer, le mien est de me laisser faire, debout, avec la seule permission d’émettre mes jouissances lorsqu’elles se font trop denses.
Le pantalon est à mes pieds. Flora se relève et me prend par la main pour m’entrainer vers le divan qui est au milieu de la pièce. Je lève légèrement les pieds pour me dégager de la seule propriété qui me restait, mon pantalon. Car désormais, à partir de maintenant, je ne m’appartiendrai même plus. Je serai possédée par tous ces gens aux masques sans expression qui n’ont pas encore fait un geste, attendant que Flora ait terminé la présentation. Bientôt je ne serai plus maître de mon corps. Je ne vivrai plus que par le corps et le désir des autres. Cet abandon me comble. Je ne serai plus qu’un ventre fait pour l’amour.
Les yeux remplis de fièvre, Flora me demande de m’allonger sur le dos. D’une caresse douloureusement sensuelle tant le désir est grand, elle me dit.
« Je vais t’offrir à mes amis. »

Je ne réponds rien. Je la laisse maîtriser mon corps, le modeler dans la position qu’elle lui demande d’adopter.
Flora pose un coussin derrière ma tête et fermement, elle me prend les cuisses dans ses mains afin que je les repose pliées sur le rebord du divan. Elle m’écarte ensuite les genoux afin que tout le bas de mon ventre soit à découvert.
Avant de m’offrir à ses invités, Flora, prise d’une fièvre qui soudain la dépasse, brise les règles du jeu en enlevant son masque.
« Louise, mon désir de toi est trop grand pour que je puisse te prendre. Je veux être tous ces gens à la fois. Leurs mains posées sur toi seront les miennes. Les langues qui desserreront tes lèvres seront la mienne. Les pénis qui s’enfonceront dans ta bouche à te faire suffoquer seront le mien. Je te jouirai dans la bouche et tu me boiras. Je ne viendrai pas à ton secours, car je serai trop occupée à tenir ton corps entre mes genoux pour guider tes reins, à t’offrir à celui qui te transpercera et qui sera toujours moi.
Louise, ils te tâteront, t’enfonceront, te pétriront, t’inonderont, te submergeront, te feront verser des larmes, te combleront, et tout ceci sera mon œuvre…
Louise, tu te laisseras faire, n’est-ce pas ? » termine Flora en me mordillant fiévreusement l’oreille.
« Je veux jouir, lui dis-je au supplice. Fais-moi jouir. Demande-leur. »



Flora s’écarte de moi et remet son masque. Elle se place à mon côté, tout contre moi. Ses mains saisissent les lèvres de mon sexe pour les écarter au maximum. Le clitoris se dresse bien droit au-dessus de l’entrée de mon corps. Ce geste est le dernier qui me découvre et me dénude entièrement. Plus aucune partie de mon corps n’est cachée désormais. Il ne reste plus que les parités intérieures de moi que l’œil à lui seul n’est plus capable de découvrir. Seuls, un index, une langue, un pénis sont en mesure de les connaître.
Mes lèvres, distendues par les doigts de Flora me font souffrir. Elle me demande en plus de tourner un peu sur moi-même pour que chaque personne de l’assemblée puisse juger de la beauté de mon sexe. Ce geste est une invitation à me prendre.
Le cercle s’est restreint autour de moi. Je n’ai pas compté les hommes, mais il doit y en avoir une bonne quinzaine. Un peu moins de femmes, je crois.
Des mains commencent à se poser sur moi, et entreprennent la découverte de mon corps. Des mains qui se posent sur mes seins, qui caressent mon ventre, palpent les cuisses, les entrouvrent, les referment, des mains qui entrent dans la bouche, certaines me demandant d’enrouler ma langue autour des doigts, d’autres lui demandant de s’effacer pour reconnaître la profondeur du palais, la largeur des mâchoires. On me soulève, on me déplace, on m’identifie. On me saisit les hanches pour tester la souplesse de mes reins.

Au lieu de me donner la jouissance que j’attendais, toutes ces mains me glacent. Je suis secouée de violents frissons. Une panique m’étrangle. Ces mains, régies par des visages masqués m’apparaissent à présent comme des pantomimes de théâtre poudrés, qui me volent mon corps. J’ai peur. J’ai envie de fuir. Personne ne m’a encore prise, il n’est pas trop tard. Mais je suis glacée et mes membres ne réagissent pas à l’ordre de fuite que je leur donne.
J’essaie, lorsque les mains qui me prennent me le permettent, de me blottir contre le corps de Flora pour y retrouver la chaleur et l’humanité qui me manquent et que je réclame. Mais, imperturbable, elle se fait le chef d’orchestre de cette mascarade de personnages, survivants du Moyen-Age, de cette horde de valets, qui font l’assaut de mon corps.
J’ai tant voulu leur échapper, et j’ai tant recherché Flora, que je me retrouve à mon insu, assise sur ses genoux. Mais au lieu de m’apporter le réconfort que je lui demande, elle prend mes cuisses dans ses bras et m’écarte. Devinant ses intentions, je tente de résister, car je crois ne pas pouvoir supporter l’entrée d’un sexe dans mon ventre. Mais la position est bonne pour Flora qui peut me coincer contre sa poitrine et tirer mes cuisses vers elle avec plus de force.
« Ouvre-toi ! me dit-elle en me combattant. Si tu n’es pas consentante, ce sera un viol. Il est trop tard pour reculer. Tu ne peux plus revenir en arrière. »

Ses coudes sont sous mes genoux. Ses mains ont pris prise sur les lèvres de mon sexe qu’elle ouvre afin qu’un sexe puisse y pénétrer plus facilement.
J’ai mal. Mal de mes lèvres, mal de mon corps, mal de me donner à tous ces fantômes qui vont tous, les uns après les autres, me posséder.
Un homme s’approche de moi. Il extirpe de son pantalon un sexe énorme, long, massif. Flora le savait-elle ? Est-ce pour cette raison qu’elle l’a choisi pour frayer, pour la première fois ce soir, le passage aux autres sexes qui vont suivre ?
Elle l’attire sur mon corps. Je sens la lourdeur du pénis sur ma vulve trop grande ouverte. Mes chairs sont tellement tendues que ce contact me fait presque souffrir. Il se présente à l’entrée du vagin, mais Flora dévie sa course. Elle prend le sexe dans l’une de ses mains et le positionne à l’entrée de l’anus. L’homme hésite. Visiblement il n’était pas dans son idée de me prendre par cette voie-là. Je le supplie des yeux pour qu’il refuse, mais je le vois aussitôt accepter la proposition.
Je tourne la tête et je me débats.
« Non, pas ça ! Je vous en supplie. Non, je ne veux pas. Je ferai tout ce que vous voudrez, mais pas cela. Non, je ne veux pas ! »
Personne ne m’écoute, comme si j’étais un détail sans importance. Flora me dresse et me pousse vers le pieu de chair. D’un coup de rein, elle m’empale sur l’homme qui vient de donner le même coup de reins en sens inverse.
Le phallus sec et brutal me transperce. Je pousse un cri. La douleur me coupe le souffle, je n’ai plus la force de me débattre.
Comme s’ils faisaient l’amour ensemble, sans se soucier de moi qui suis au milieu d’eux, Flora et l’homme donnent des coups de reins pour faire aller et venir le pénis, l’homme pour se procurer du plaisir dans ce canal qui l’enserre étroitement, Flora, pour étirer et assouplir les fibres intérieures, afin qu’elles puissent sans doute, accueillir d’autres hommes.
L’homme soudain se déchaîne. Il ne se contient plus pour pousser des cris. Le pieu entre de plus en plus rapidement et de plus en plus profondément. Alors qu’il se trouve tout au bout, il se cambre et déverse son sperme. Les parois de mon anus s’humidifient, ce qui me plonge dans un soulagement délicieux, un bien-être même, après cette brutale intrusion dans mon corps non préparé.



Une fois son plaisir terminé, l’homme, toujours sans se soucier de moi, se retire. Flora me maintient toujours contre elle, mais la pression qu’elle exerce sur moi est moins forte. Elle me sent un peu vaincue par ce qui vient de se passer, ce qui lui permet de desserrer son étreinte.
En parlant toujours par geste, elle m’écarte d’une manière imperceptible les cuisses, invitant ainsi un autre homme.
De la même façon, le nouveau venu se plante devant moi avant d’extirper son sexe de son pantalon. Le membre est moins long, mais tout aussi épais et trapu. Flora entrouvre ma fente afin de lui faire comprendre que cette fois-ci, elle entend que la pénétration se passe dans le vagin.
L’homme se penche vers moi et me saisit par les hanches pour avoir plus d’emprise. La douleur me tient toujours au ventre. Cette deuxième pénétration, faite comme la première, sans ménagement, me fait tressaillir. Mais je mets un point d’honneur à ne pas gémir.
Il me force et se taille un chemin à sa grandeur. Je ne peux empêcher mes larmes de couler.
Le pénis n’a de cesse de s’enfoncer plus profondément. Lorsqu’il est au bout du ventre, il commence à marteler.
Ai-je donc été folle à ce point d’accepter d’être le réceptacle de toutes leurs jouissances ?

L’homme s’agrippe toujours à mes hanches. Ses ongles s’enfoncent dans ma chair et me déchirent. Et tous ces inconnus qui me regardent être prise et qui attendent sagement leur tour !
Le pénis m’écartèle, mon fourreau s’adapte à lui. Mais alors que la douleur n’a pas encore cédé le pas à la jouissance, l’homme pour mieux s’éprouver, se met à se mouvoir de droite à gauche à l’intérieur de mon ventre. Son gland aboutit et se cogne de chaque côté et non au fond.
Ce martèlement régulier explosant sur tout le parcours de mon vagin m’arrache des soupirs. J’ai l’impression d’être transpercée par mille sexes qui ne font aucun cas du canal naturel de mon corps et qui se cognent partout à la fois.
Je renverse ma tête en arrière sur l’épaule de Flora. Je sens sous mon corps vibrer le sien. Elle respire dans mon cou les effluves de mes gémissements.
De la sentir ainsi, jouir de mes propres plaisirs me fait jouir à mon tour. Je me surprends à me tendre pour mieux goûter le martèlement du sexe qui n’en finit pas de me marteler. Chaque coup de boutoir m’arrache une plainte langoureuse. Et je suis heureuse non seulement parce que je jouis. Mais aussi parce que je sais que chaque gémissement que j’émets lui donne la jouissance.
Elle me dit :
« Ouvre ta bouche. Ce monsieur a envie d’elle. Donne-la-lui. »
Elle me fait tourner la tête, et, toujours décideur de mon corps, m’entrouvre les lèvres de ses doigts, m’écarte les dents.
L’homme a le ventre nu. Il a fait glisser son pantalon…

Retrouvez la suite dans  Les madones de Venise !


Chères lectrices, chers lecteurs,

À l’approche des fêtes de fin d’année et avec ce froid hivernal qui s’empare de nous et nous transit, je vous propose de partir de l’autre côté du globe, à Tahiti.

Quoi de mieux que de se réchauffer un peu en lisant ce récit qui j’ai écrit suite à un voyage à Papeete. J’ai rencontré là-bas Célia. J’ai tout de suite eu un coup de cœur et une très forte attirance pour elle.
Célia dégageait une puissance sexuelle particulièrement excitante, mais en même temps je percevais chez elle une certaine fragilité, qui la rendait plus désirable encore.
Nous étions toutes deux en train de discuter sur la plage, quand j’appris qu’elle n’avait jamais fait l’amour avec un homme. J’eus instantanément le désir de la prendre dans ma bouche ! Je fondais à vue d’œil au fur et à mesure qu’elle m’avouait son intimité. Je pensais surtout à Éric, l’homme qui partageait alors mes nuits tahitiennes…
Mais je ne vais pas tout vous raconter, je vous laisse découvrir la suite….

J’espère que cela vous plaira et vous titillera pour ces longues nuits d’hiver ! 😉

Je vous embrasse,

Léa

Ps : Vous êtes nombreux à m’écrire pour me raconter vos histoires érotiques, et parfois même vos fantasmes les plus inavouables ! Continuez !! Quel bonheur et quels délices de vous lire !

*****

Célia est en train de se baigner lorsque nous rejoignons la cabane ?

Je fais signe à Éric de rester là, à couvert sous les arbres, tandis que je vais à la rencontre de Célia.

Elle s’apprêtait à sortir de l’eau. Je m’aperçois qu’elle est allée se baigner avec sa robe.

« C’est une nouvelle mode pour aller se baigner ? demandè-je avec un sourire accueillant, en allant la retrouver sur le bord de l’eau.

― J’avais envie de changer mes habitudes ! » lance-t-elle à voix basse.

Je croise ses yeux qui s’échappent aussitôt. Ils ne sont qu’amertume et tristesse. Ils me font mal. Je n’aime pas qu’on souffre à cause de moi.

Je lui tends une main qu’elle ne prend pas. Je n’insiste pas et la regarde émerger de l’eau. Elle ne porte rien sous sa robe qui lui colle au corps comme une autre peau. Ses seins pointent sous la pellicule blanche qui épouse son corps et dessinent deux petites taches brunes. Plus bas, un petit triangle noir ruisselle entre les pans mouillés qui habillent ses cuisses.

« Tu es belle, dis-je soudain, émue par sa beauté.

— Qu’est-ce que cela peut donc te faire ? répond Célia, amère.

— Ne dis pas de bêtises. Tu sais que je t’aime.

— Je ne sais plus rien du tout, lance-t-elle triste. Depuis qu’il est arrivé… »

Elle se tient immobile. Je fais quelques pas dans l’eau qui m’arrive à présent aux mollets.

« J’ai envie de t’aimer, dis-je en venant lui prendre la main, comme on doit probablement faire pour apprivoiser un animal chétif.

« Faire l’amour avec lui, ne t’a donc pas suffi ? dit-elle en s’efforçant de me blesser alors qu’elle aimerait tant se laisser conquérir.

― Ne jouons pas à ce jeu, ma chérie. Nous ne nous ferions que du mal… »

Puis, me laissant tomber à genoux dans l’eau, le visage à la hauteur de ce petit triangle noir qui continue à suivre les plis du tissu pour ruisseler.

« J’ai envie de toi… J’ai envie de t’aimer. Tu es si désirable… Je t’aime… »

Si Célia ne répond rien, elle ne bouge pas non plus lorsque j’approche ma bouche…

À travers le tissu moulé pour mettre son corps en valeur, ma langue vient cueillir les perles d’eau qui tombent pour se refondre dans la mer.

Les vagues douces viennent s’échoir sur mes cuisses. Mon ventre frissonne lorsque leur crête vient lécher mon sexe.

Ma langue se fraye un passage entre les lèvres sexuelles. Discipliné et, à n’en plus jamais douter, audacieux et impudique, le tissu blanc épouse le nouveau chemin qui apparaît légèrement rosé entre la toison brune.

Célia ne dit toujours rien, partagée entre le désir de m’en vouloir et celui de me vouloir. Mais au fur et à mesure que ma langue la fouille, je sens ses cuisses s’écarter et se tendre pour un plaisir qu’elle ne va plus chercher à déserter.

Les vagues poursuivent leur va-et-vient régulier dans le creux de mes jambes. Le remue-ménage qu’elles créent dans ma toison est froid et chaud à la fois. Subtil mélange de sensations. Je frissonne lorsqu’elles viennent exploser dans mon entrecuisse.

Je bois les lèvres à travers le tissu ruisselant. Son goût mêlé à celui du sel m’excite. Ma langue cherche le clitoris. Le tissu blanc de la robe épouse sa forme lorsqu’il s’érige.

La mer a compris ma demande. Elle s’est faite ma complice. On dirait que ses vagues montent plus haut, vont plus vite pour toucher mon ventre. Mon clitoris se tient aussi érigé que celui de Célia. Les vagues s’en amusent lorsqu’elles viennent le faire tanguer.

Les mains de Célia viennent se poser sur mes cheveux ; simple aveu qu’elle vient de me rejoindre dans mon amour.

Ma langue boit, fouille et lape et aspire la liqueur salée. Je la baise à travers sa robe et cela n’en est que meilleur.

Les doigts se crispent sur ma tête en même temps que s’échappe un cri. Célia hurle sans retenue son plaisir. Elle tombe à genoux, le visage en face du mien. Ses yeux me disent sa reconnaissance tandis que je mêle à sa salive, la liqueur salée que je viens de prendre d’elle.

Les vagues nous encerclent. Elles sont redevenues calmes.

« Oh Léa ! Léa ! » dit Célia en cherchant à son tour à me donner du plaisir.

Mais je l’écarté de moi, et aussi tendrement que fermement, l’oblige à regagner le sable.

« Viens, je vais t’apprendre à aimer. »

Éric est sorti de sa cachette, trop ému devant le spectacle que nous venons de lui offrir, pour garder ses distances.

Célia fait un pas en arrière lorsqu’elle l’aperçoit. Son visage semble lutter contre un agacement, une amertume coléreuse dont elle se sent envahie.

Je me plaque contre son dos pour l’empêcher de reculer, de déserter devant la tâche que je lui demande d’accomplir. Je la présente à mon amant. Elle doit être belle dans son vêtement sans couture qui met son corps en exergue.

Éric ne la quitte pas des yeux.

L’eau ruisselle et contourne ses seins, ronds, qui semblent devenus pesants sous le poids du tissu gorgé d’eau qui les plaque.

Je l’oblige à faire un pas en avant vers Éric. Cadeau. Je la lui offre.

Je dénude une épaule et puis l’autre. Le tissu roule sous mes doigts comme un bas sur une jambe galbée.

L’émotion nous cloue tous trois au silence. Elle laisse la pellicule de tissu glisser le long de son corps, sans mot dire. La robe tombe à ses pieds. Découverte comme une fille perdue ; soudain chétive, balbutiante presque agenouillée devant nos désirs ; promise à tous les assauts. Elle tremble, la poitrine rompue de coups, palpitante…

Ses yeux viennent se poser sur l’ombre de son corps, esquissée sur le sable blanc. Elle sourit à peine, imperceptiblement. Elle prend conscience de son privilège. Elle est fascinée par sa propre beauté, par ses incohérences.

Je la prends par la taille, passe mon bras sous ses reins. Je ne bouge plus, attendant qu’elle décide. Enfin sa tête part en arrière à la recherche de la mienne, sa joue contre la mienne, ses cheveux contre les miens. Pour l’encourager, je laisse glisser ma tête contre son cou.

Et, comme cela ne peut durer une éternité, je tourne légèrement la tête. Nos lèvres se trouvent l’une contre l’autre. Elle prend aussitôt ma bouche et s’y perd.

Elle sait à présent qu’elle va se plier à ma volonté. Pour se faire aimer, pour la seule joie de m’approcher, de me voir avec un homme, de se voir, elle, aimer un homme… en même temps que moi.

Le sexe d’Éric se dessine sous le maillot. Il se tend à n’en plus pouvoir. Il n’en peut plus de nous voir, il n’en peut plus d’attendre. Il enlève le maillot, mais je veux encore le faire languir. Le sexe atteint une telle érection qu’il serait capable de jouir sous le moindre souffle du vent, sous une de nos moindres hardiesses.

Je force Célia à regarder ce sexe d’homme érigé pour elle, qui va bientôt n’être plus que pour elle. Un sexe imposant qui va bientôt la remplir, combler son ventre. Une virilité qu’il lui faudra attendre elle aussi.

Il se saoule de notre vue, de nos gestes, de nos regards, de nos attentions.

Je veux les faire vivre du désir l’un de l’autre. Ils l’ont compris. Célia ne cherche plus à détourner les yeux de la virilité de l’homme qui va la conquérir ; Éric regarde la femme qu’il va emplir.

Il n’y a pas d’amour sans désir. Célia, tu n’as jamais encore désiré d’homme, je vais t’apprendre.

Je dessine sur le corps de Célia une vannerie de caresses et montre ainsi à Éric les chemins qu’il lui faudra emprunter.

Entrelacs de mes doigts chauds sur un corps en train de naître…

Ma bouche embrasse son épaule. Il est des baisers qui brûlent follement…

Célia veut faire un pas vers Éric. Elle voudrait se coller contre lui. Écarter ses jambes autour de ses reins. Se faire prendre debout. Sans tendresse, avec dureté. Bestialement.

La verge se balance doucement. Je les retiens encore.

J’aime Célia au fil de mes ongles. Je la dessine pour lui, dans des tracés tissés de soleil sur sa peau brune. Ils éraflent les seins, les contournent, les surprennent, descendent jusqu’au nombril, griffent la courbe des hanches.

D’un mouvement de genoux, je l’oblige à écarter les cuisses. Elle va bientôt se donner, je la prépare. Je l’évasé pour lui tandis que leurs sens se déchaînent. Nos doigts font semblant de s’y perdre, mais je la laisse intacte pour lui.

Éric prend sa verge dans sa main et la serre, sans doute pour contenir un plaisir qu’il sent monter violemment.

Je sais qu’il est temps.

Je la pousse dans les bras de l’homme. Les pointes de ses seins viennent se coller aux siens, tout aussi chauds. Elle vient se frotter à la peau velue, s’abîme dans son odeur brûlante, défaillant tout à la fois de peur et de désir savamment mélangés.

Je la sens respirer à fond l’odeur de l’homme, s’initier à ce parfum si particulier qu’elle a toujours rejeté, refusé.

Il l’accueille dans ses bras, la serre à lui faire mal. Ils se donnent un regard comme un très long baiser. Je baisse les yeux pour ne pas voler l’intimité qui se crée entre eux.

Le sexe s’infiltre entre les cuisses accueillantes. Il s’immisce, repère, s’installe. Elle se donne. Elle se fait prendre, là, debout, toute, tout à coup fragile.

Elle est belle, fiévreuse, ses yeux brillent. Elle est en train de se perdre dans les bras de l’homme qu’elle a toujours haï.

Un coup de reins d’Éric la fait gémir. La verge se fraye un chemin, la pousse, la creuse, aggrave sa déchirure.

Je les regarde, aussi émue qu’eux. De coups de reins successifs, il creuse ses empreintes au creux de son ventre.

Les mains d’Éric s’agrippent aux fesses de son amante. Elles s’y enfoncent, les empoignent tandis qu’il se plante en elle. Elle se fait fragile tandis qu’il se fait tendrement brutal. Elle se plaint tandis qu’il la parcourt.

Elle voudrait tout à coup rattraper le temps perdu à ne pas avoir joui des hommes. Elle voudrait se faire déchirer, défoncer, pour ne plus jamais oublier.

Pour mieux s’ouvrir, une jambe se replie sur les reins de l’homme, s’accroche à ses hanches. Tout son corps repose sur la pointe de son pied resté au sol. Elle se balance au gré de leurs pulsions, au gré du manège qu’il crée en elle…

Bouche ouverte, de sa respiration la plus folle, elle se laisse envahir, malmener.

Il souffle, soupire et geint comme elle. Sans pudeur, sans retenue. Il l’a trop attendue. Il n’en finit pas de la creuser, de la labourer. Il se demande même comment il peut tenir si longtemps. Si ce n’est la mission qu’on lui a confiée de faire découvrir l’amour viril à une femme qui ne l’a jamais connu. Quasi-virginité à déflorer, irrémédiablement. Nouvelle femme à faire vivre pour l’homme.

Elle se laisse amener jusqu’au bord du spasme. La mer est dans leurs yeux mouillés de leur désir. Ils ne me voient plus.

Je m’allonge sur le sable chaud non loin d’eux. J’ai besoin d’exprimer la fièvre qui est en moi. J’écarte les cuisses. Mon pubis saille. Mes doigts violeurs viennent harceler mon bas-ventre. Ils se posent sur mon clitoris, mais l’excitation est trop forte. Alors, ils pénètrent de plus en plus profond à mesure que mon corps se tend vers eux.

Je me mets à envier Célia qui a un sexe à sa mesure…

Des soupirs accélérés… Des pénétrations de plus en plus rapides… Une sorte de frénésie. Des battements fiévreux… Des pulsations hors de la normale…

Il se plante en elle. Il n’en peut plus de l’entendre se plaindre. La jouissance est là qui nous prend tous les trois.

Dans un râle libérateur, Éric s’abandonne. Elle croit qu’elle va mourir. Le sperme explose en elle, inondant les parois de son ventre d’une encre indélébile.

Elle se sait marquée à tout jamais de l’empreinte de l’homme qui a tant su la faire jouir.


Chères libertines, chers libertins,
Vous êtes de plus en plus nombreux à me lire et à découvrir mes histoires érotiques. J’en suis comblée, car je n’espérais pas un quart de ce succès.
Je reçois de plus en plus de mails et de courriers pour me faire part de vos histoires… Je dois dire que certains messages m’ont vraiment touchée, d’autres m’ont excitée, mais tous m’ont fait un immense plaisir.
Pour vous remercier de tout ce plaisir que vous me procurez, je vous propose aujourd’hui une histoire qu’il m’est arrivée à New York, où j’étais partie à la recherche d’une amie. J’ai découvert à cette occasion les bas-fonds de Big Apple et le sexe dans toute sa débauche…

«»

Sur leur matelas aplati, les deux filles écarquillent les yeux. Regards de camées ! Elles paraissent fixer quelque chose dans le vague…

« You fuck me first ! » grogne la féline en se levant de sa couche pour se ruer sur le type qui se débraguette tout seul.

Browning la reçoit bras ouverts.

« Little bitch ! » s’exclame-t-il d’un air vicieux en lui pelotant les fesses qu’elle possède bien rondes et agréablement moelleuses.

La jolie chauve reste assise en tailleur sur son matelas vieilli par trop d’étreintes sauvages ou bestiales.

Le pantalon en accordéon sur les chevilles, le slip baissé à mi-cuisses, Ted Browning se fait traire le pénis par sa partenaire à tête de lionne.

« Hey ! » râle-t-il quand la fille accélère le mouvement de ses doigts le long de son membre turgescent. Son gland est rouge tant elle le sollicite.

Enivrée par une soif lubrique, elle coule contre le sexagénaire et, sans lâcher son phallus, elle colle sa bouche au bout du sexe frémissant. La pointe de sa langue tourbillonne autour du gland. Ses ongles griffent l’épiderme ridé et velu se contractant peu à peu autour des testicules pour ne plus faire qu’une bourse dure.

Browning s’abandonne à la gourmandise de cette jeune femme volontaire et experte. Une fièvre l’envahit qui le rajeunit d’une vingtaine d’années. Tout fourmille en lui et il irait bien jusqu’à l’éjaculation s’il ne se savait pas incapable d’avoir une deuxième érection après une pareille fête érotique.

« Stop that ! » ordonne-t-il en bousculant la fille agenouillée devant lui.

Elle tombe à la renverse, exagérant la chute en levant les jambes en l’air. Ainsi exhibée, elle offre un spectacle indécent. Son bourrelet sexuel fait une bosse fendue et duvetée entre le haut de ses cuisses. C’est un fruit juteux dont le suc perle facilement.

Surexcité, la queue bandante et les bourses pleines, Ted retire son pantalon et son slip. Puis, il se déshabille complètement. Pour trois cents dollars, il peut aussi bien prendre ses aises !

« Come ! » crache-t-il à la fille à crinière de lionne en la péchant par une longue mèche de cheveux qui lui pend sur la nuque.

Jouant soudain les caniches de luxe, la jeune droguée trottine devant lui à quatre pattes. Elle ondule de la croupe de façon exagérée, le haut des cuisses suffisamment ouvert pour exhiber son triangle sexuel qui sculpte deux bourrelets bruns, duvetés sur les bords, juste sous le point ridé de son anus.

« Come now, my man ! » réclame-t-elle en s’immobilisant tout à coup à un mètre devant son partenaire. Baissant la tête et l’appuyant sur ses bras croisés sur le sol de terre battue, elle lève le croupion bien haut pour une provocation obscène.

Quel homme ne céderait pas à pareille invitation ? Ted Browning en tremble de désir. Il tombe à genoux derrière la fille et il lui plaque ses mains sur le fessier qu’il pétrit sans douceur. Un long instant, il observe la découpe obscure de sa fente féminine huilée et frémissante. Puis, ivre et lubrique, il approche son pénis du triangle vaginal, ajuste son gland entre les replis parfaitement lubrifiés et s’enfonce dans le fourreau vaginal d’un seul coup de reins. En hurlant comme une bête !

« Yeah ! » crache la lionne en sentant ce dard épais lui perforer le ventre. En état de manque, une fièvre la tenaille sans cesse au fond des entrailles et elle est plus sensible qu’en temps ordinaire.

Tout en cavalant contre le fessier de sa maîtresse d’une heure, Ted observe l’autre fille qui, d’un geste mécanique, se taquine le bas-ventre. Elle a quelque chose d’étrangement excitant, cette créature au crâne rasé et au pubis épilé. Le sexagénaire en éprouve une sensation mitigée qui lui fait froid dans les reins.

«»

Retrouvez la suite de cette histoire à trois dans New York Underground  !


Aujourd’hui sort ma dernière aventure libertine, Cinéma Amateur, qui se passe en Suède. Pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous confie un épisode scandinave où nous nous sommes retrouvées en très mauvaise posture avec Éléna, ma copine de l’époque.
En faisant du ski, nous avons croisé un groupe de 5 hommes avec une caméra. Nos combinaisons moulantes ne les ont pas laissés indifférents ! Isolées comme nous étions, ils nous ont forcés à être filmées !
Heureusement pour nous, nous avons pu s’en tirer sans trop de mal….

 «»

Le chef commence à s’impatienter.

« Bon, à présent, les filles, c’est nous qui avons assez rigolé ! Allez, à poil ! »

Cette fois, l’ordre est lâché. Plus d’escapade ni de discussion possible. Pas d’idée non plus à se faire sur le sort qui nous est réservé.
Je décide de le prendre froidement et de ne pas me laisser intimider. Je n’ai jamais supporté l’aspect « victime » de ce genre de situation.

« Pas question ! Nous non plus on n’aime pas se découvrir. On aurait trop peur d’attraper froid !

C’est vrai, vous avez raison… avec toute cette neige… » semble sérieusement hésiter le chef, sans doute revenu à des considérations plus amènes.

Nous nous regardons tous interloqués. Abandonnerait-il soudain tous ses projets ? Mais il ajoute aussitôt.

« Bon, c’est d’accord, les filles, ne vous déshabillez pas entièrement. Vous pouvez garder vos skis ! termine-t-il dans un éclat de rire retentissant.

Très drôle, en effet ! dis-je.

Pas aussi drôle que tu pourras le constater toi-même dans quelques instants, si tu ne t’exécutes pas illico presto !

Ah oui ? Vraiment ! Et si on refusait ? Voyez-vous, je ne vois pas quelle est la différence entre un viol et un viol !

Vous n’allez quand même pas nous tuer ! s’enhardit Éléna qui jusqu’à présent n’avait trop rien dit.

Je serais toi, je n’en serais pas si sûre, menace l’un des hommes.

Il a raison, ce ne serait pas impossible du tout ! dit entre ses dents son voisin en sortant de la poche de son anorak un couteau à cran d’arrêt qu’il actionne aussitôt pour diriger la lame vers moi. Allez, magne-toi ! Dis d’abord à ta copine de se mettre à poil, sinon, on te règle ton compte, vite fait bien fait !

Faites ce qu’il vous dit, toutes les deux, intervient le cinéaste amateur. Je connais mon copain, il s’énerve vite et il est tout à fait capable de faire ce qu’il dit. »

Le ton monte. Ils s’excitent. Leur nervosité grandissant en même temps que leur désir lubrique ne peut rien amener de bon. Ils deviennent à présent de vraies bêtes en rut prêtes à se jeter sur nous avec violence.

« Ça te fait bander, ça, mon coco, de filmer des gonzesses à poil sur la neige, non ? »

Tiens, tu me prendras quand elle me fera un petit plaisir. Pas vrai, ma mignonne, que tu vas me faire une petite gâterie ? dit-il en attrapant Éléna par le menton si fort, qu’elle en tire une grimace affreuse. On n’aura jamais vu ça au cinoche, même avec Greta Garbo : une super nana tremblant de froid et de désir, en train de lécher la plus grosse bite du monde.

Là, tu ne peux pas dire ça, Max. La plus grosse, c’est la mienne ! Tiens, t’as qu’à zieuter. «

En disant ces mots, l’homme, au comble de l’excitation, extirpe de sa braguette, un sexe long, trapu, énorme.
Se prenant au jeu, les trois autres compères applaudissent.

« Ah, ça ! Pour un beau, c’est un beau !

T’aurais dû leur montrer avant ! Cela nous aurait évité de vanter l’article !

C’est pas un sexe pour les pucelles ça les gars.

Vous en avez de la chance, les filles, de vous faire un gars comme lui ! Une queue comme la sienne, ça doit compter dans la vie d’une femme ! »

L’intéressé se trémousse sur place et ne se sent plus d’aise. Il pointe son sexe démesuré vers qui veut le voir.

«»

 

Retrouvez la suite de cette aventure en groupe dans Cinéma Amateur !


Le Plaisir brut - Les érotiquesPour ce nouveau titre des Nouvelles Amazones, c’est Audrey Seurat qui nous emmène outre-atlantique, pour une aventure torride et débridée au cœur des derricks et des champs de pétrole du Mexique.
Au menu, une rencontre amoureuse avec la jeune Encarnacion, avec qui Audrey « prends un plaisir indéniable à caresser sa peau douce, à découvrir le velours de son pubis encore jeune, à frôler la découpure sensible de son sexe, à caresser ses fesses et ses cuisses, à revenir vers ses seins que je touche à peine, mais qui m’excitent un peu ». Mais aussi une orgie extatique arrosée d’un mezcal un peu particulier, un séjour dans une prison de femmes avec des geôlières à l’imagination débordante. Bref une aventure libertine sous le soleil du désert mexicain pour un baril de plaisir brut !

Pour vous mettre en bouche, voici un extrait où Audrey, prise d’une folle envie de sexe, décide de monter au 7e ciel dans un avion…

J’espère que vous prendrai du plaisir à lire cette histoire !

Léa

L’Amour au 7e ciel !

Onze heures arrivent vite. La piste de décollage file sous l’aile gauche de l’avion. Le ciel, d’un bleu superbe, nous aspire. Minuscule, Mexico s’évapore.Une soudaine envie de faire l’amour me prend.

« N’y a-t-il pas un endroit… intime dans cet avion ?

— Intime ?

— Oui, une sorte de salon comme dans les Boeing 747.

— Je crains que le seul endroit intime de cet appareil ne soit les toilettes !

— Avez-vous déjà fait l’amour dans les toilettes d’un avion, Sean ? »

Sans attendre sa réponse, je me lève, le prends par une main et l’entraîne derrière moi. Le frémissement sexuel s’accentue au creux de mes reins et l’idée de s’aimer dans un lieu si peu romantique pimente davantage cette audacieuse et charmante perspective.

« Vous ne voulez tout de même pas faire l’amour dans ce petit réduit mal commode !

— Si.

— Audrey, voyons, nous ne…

— Cessez de jouer les adolescents ! J’ai du mal à croire que cela ne vous excite pas. Vous en avez certainement déjà eu le fantasme ! »

Une petite fille grassouillette sort du « petit coin » et file vers sa place sans même remarquer que je pousse mon ami dans les w.c. avant d’y entrer moi-même.

« Alors, vous voyez bien que c’est impossible !

— Impossible ?

— Oh ! je sais : impossible n’est pas français !

— Non, je pensais simplement que l’impossible est une chose qui me séduit toujours énormément. Même si en fin de compte, je me rends effectivement à l’évidence. »

Doucement, je me colle contre mon amant et l’embrasse. Mon désir est peut-être coquin, le sien n’est certes pas pur. Ma main droite glisse sans gêne sous le pantalon peu serré pour découvrir la force virile qui frémit davantage sous la tiédeur de mes doigts.

« Je savais bien que l’idée vous exciterait !

— Et si quelqu’un venait, Audrey ?

— À trois, nous ne tiendrons jamais là-dedans ! Il attendra, voilà tout ! »

Le couvercle de la cuvette est rabattu.

Délicatement, je me laisse couler contre Sean tout en défaisant la braguette de son pantalon. Le vêtement s’abaisse lentement, dénudant le sexe orgueilleux, sensible, chaud. Mes lèvres s’appuient un bref instant à l’extrémité de la verge tendue. Mes doigts s’accrochent aux poils en désordre et déclenchent d’autres impressions plus profondes qui durcissent davantage l’érection. Mes muqueuses attrapent la hampe palpitante et rampent jusqu’à la racine du pénis pour déposer un baiser humide sur une glande génitale.

Silence. Mon cœur semble battre plus fort qu’à l’ordinaire. La respiration de Sean est irrégulière.

Je pousse gentiment mon amant pour qu’il s’installe sur le siège froid. Les cuisses se desserrent. Le phallus se dresse. Les testicules se contractent.

Ma bouche revient encore au bout du sexe, prenant cette fois le gland tout entier pour le mouiller, l’exciter davantage, le goûter. Mes dents s’accrochent à peine à la couronne sensible et je libère l’organe magique que j’ai envie de sentir vibrer en moi.

Je me relève.

Sean ne paraît plus gêné, à présent. Figure ridicule de revues érotiques qui devient soudain un geste simple parce que désiré.

Je retire carrément mon pantalon et le pose sur la poignée chromée de la porte. Au bas de mon ventre, la douce toison frissonne. Plus bas encore, le noyau de mon sexe bouillonne. Sean me regarde dans les yeux, mais je sens son esprit se promener sur tout mon corps. La marque de ses baisers passés est encore sur ma peau. J’écarte les jambes en me pliant un peu pour m’asseoir sur les cuisses velues.

« Ce n’est…

— Chut ! »

Pourquoi faut-il que les hommes éprouvent le besoin de parler lorsque le dialogue sexuel s’engage ? La conversation des épidermes est bien plus éloquente.

Entre son ventre légèrement rebondi et mon abdomen plat et soyeux, le pénis oscille doucement, arbre d’amour prêt à s’exprimer.

Je me presse un peu plus contre Sean, balançant mon corps latéralement pour sentir la présence puissante tout près de mon nombril. Une brûlure délicieuse qui m’enivre étrangement. J’ai envie de sentir son sang puiser en moi, mais je veux attendre encore un peu pour que le désir atteigne son paroxysme, pour que le besoin l’un de l’autre soit impérieux, fou, monstrueux, vital.

Sean m’embrasse. Il ne ferme pas les yeux, comme s’il voulait découvrir la progression naturelle de notre étreinte, comme s’il voulait voir avant de ressentir.

Sa bouche s’aventure sur le tee-shirt jusqu’à rencontrer les formes pulpeuses de mes seins. La chaleur de son souffle baigne mes tétons, la puissance de ses dents agresse délicieusement mes mamelles. Je crierais bien. Je me l’interdis. L’érotisme en ce lieu doit être silencieux, secret. Pourtant, j’aimerais que tous les passagers de cet avion devenu soudain navire céleste sachent qu’à l’arrière du vaisseau, dans un cocon métallique, deux êtres s’aiment.

Je me relève.



Le gland frôle les replis écartés de mon sexe, caressant la boule enflée du clitoris qui semble s’accrocher à la chair masculine pour s’y greffer.

Lentement, je m’assois à nouveau sur les cuisses de mon amant, emprisonnant sa verge dans ma vulve, m’abreuvant à sa puissance, lui communiquant ma force. Un instant, je demeure immobile pour ressentir pleinement les palpitations accrues du pénis caché en moi. Les contractions des parois de mon vagin suffisent amplement à m’offrir des sensations superbes qui progresseraient sans doute vers l’orgasme si l’on avait le temps de s’aimer longuement ici.

Sean me prend par la taille et m’anime.

Un balancement léger. Je me fais douce, aimante, amante, maîtresse.

Le ballet sexuel évolue capricieusement, accélérant ses figures, parfois, ralentissant son étreinte, souvent. Peu à peu, les chairs se fondent pour ne plus constituer qu’un seul corps prêt à jouir. Une humidité délicieuse suinte de nos pores. Frénésie subtile, ardeur fragile, volupté nécessaire. Nous ne nous connaissions pas et nous savons tout l’un de l’autre à présent, tout pendant l’instant du coït, pendant l’acte d’amour. Après, il faudra encore apprendre car nous ne saurons plus rien.

La cadence s’affole. Le cœur s’arrête. Le corps se hâte pour gagner la course et trouver les trésors.

Une convulsion unique, mille frissons, un cri retenu, les ongles qui s’enfoncent, la verge qui s’immobilise comme broyée par la vulve, la sève qui coule et se mêle à la sève, le sang qui n’afflue pas tout à fait comme avant.

Il me regarde.

Ma bouche tremble sans doute, comme toujours lorsque le plaisir m’a comblée. Un million d’étincelles font briller mes yeux déjà malicieux par nature et l’on devine que je ne veux pas interrompre tout de suite l’union charnelle. Le mont de Vénus frissonne contre la petite rondeur abdominale de mon compagnon. En moi, le pénis diminue lentement sa pression comme s’il voulait se libérer.

« Embrasse-moi. »


Bonjour à tous,

Voici en exclusivité un petit texte tiré de mon prochain roman à paraître : Les femmes diamants. J’étais dans un train en partance pour la Suisse. Le voyage étant assez long, j’ai trouvé une occupation délicieuse pour rompre mon ennui…

J’espère que vous aimerez !

Des baisers,

Léa

«»

Seule dans ma voiture-lit, je regarde, appuyée à la balustrade, la nuit défiler devant mes yeux à vive allure.

Ma rencontre avec Gunter Gstaad m’a plongée dans une vive solitude. Son baiser m’a promis mille choses essentielles, mon corps s’est rempli de lui et je suis revenue sans le connaître.

La lune n’est même pas là pour me tenir compagnie.

Mes yeux se perdent dans le loin, j’ai envie de faire danser mon corps dans une danse que rien ne limiterait. Ma main s’aventure sur le contour de mon corps. J’ai besoin de me caresser et qui, mieux que moi-même, sait ce qu’il faut faire pour me procurer désir, tendresse, volupté, amour.

Je regarde ma main s’aventurer dans la vitre qui a choisi la nuit pour tain. Elle me réfléchit mon image, cela me plaît. J’ai toujours aimé les rondeurs de mon corps, la lourdeur de mes seins, la minceur de mes hanches, l’ampleur de mes fesses. Enfant déjà, j’aimais me regarder dans la glace, tandis que mes mains s’activaient sur ma peau.

Une main s’est infiltrée sous la ceinture de mon jean. Je regarde mon autre main, dans la glace, qui, comme s’il s’agissait d’une main d’étranger, déboutonne le bouton, fait glisser la fermeture éclair. J’écarte les jambes bien droites pour laisser à ma main le champ d’action nécessaire à la réalisation de ses tendres desseins.

Je regarde ma bouche s’entrouvrir dans le vide en quête d’une autre bouche à embrasser. Douces gorgées de ma propre salive. Bonheur d’être amoureuse de mon propre corps.

Le jean étroit empêche mes yeux de découvrir la toison pubienne. La main qui m’est étrangère s’active à l’abaisser. Elle le délaisse à mi-hauteur des cuisses. Le slip suit le même chemin et s’arrête à la hauteur du bas de la vitre.

La paume d’une main se creuse en coquillage tout autour du pubis, comme pour cacher un trésor très précieux. Le cache-sexe que je viens d’inventer s’effeuille au fur et à mesure que les doigts de ma main suivent le gré de leur fantaisie. L’un d’entre eux pénètre lentement dans mon sexe. La douce volupté qui m’envahit me fait un moment fermer les yeux. Lorsque je les rouvre, c’est pour voir, dans la glace, un doigt onduler lentement vers le clitoris.

Il n’est pas encore assez humide pour que je le malmène. Refrénant le spasme qu’elles ont amorcé, mes mains remontent vers les seins, les soupèsent, pressent à travers l’étoffe qu’elles n’ont pas encore eu ni le loisir ni le temps de retirer. Les pointes sont fermes, presque douloureuses tant elles sont excitées.

Mes mains remontent vers le cou. Ma tête penche de droite à gauche pour être sûre de profiter de toutes les caresses.

Mes doigts, en quête de l’indispensable salive qui alimentera le clitoris en lui permettant les pires délices, tourmentent l’entrée de ma bouche. Un à un, ils tentent de forcer mes lèvres, d’entrouvrir les dents pour venir s’abreuver. Ma bouche se laisse violer, mais au fur et à mesure qu’ils volent l’élixir magique, elle imagine trouver en eux, le sexe viril qu’elle désire tant.

Les doigts comprennent que pour reconquérir leur liberté, il leur faut jouer le jeu. Simulant le pénis, ils entrent et sortent en un va-et-vient régulier. J’imagine le sexe gonflé de désir. Je défaille presque à l’idée qu’il est sur le point de jaillir, de déverser son sperme. Ma bouche doit lâcher prise.

Imprégnés de salive, les doigts glissent sans détour vers mon sexe qui attend en tremblant.

Mes yeux se plantent sur la toison. Agissant toujours en main d’étranger, ma main gauche étire au maximum les lèvres de mon sexe afin que les yeux et mes doigts puissent le reconnaître.

Un index posé sur le clitoris m’arrache un soupir. Le sursis qui me reste avant la jouissance s’amenuise lorsqu’il le presse, le vrille, l’irrite d’insolentes caresses. Le sursis ne se mesure plus en étalon-temps, mais en étalon-caresse.

Mon index ne peut plus s’arrêter, pris dans une tourmente infernale, encouragé par une jouissance qui ne demande plus qu’à se déverser.

Je pleure de me faire languir. J’appuie imperceptiblement plus fort. Mes fesses se serrent, mes reins se cambrent.

Mes yeux traversent mon corps et se plantent dans la nuit. Je confonds lumières et étoiles. Elles défilent devant moi comme autant d’éclairs défiant la tempête. Mes doigts se mouillent de la pluie de l’orage qui, en même temps, brouille mes yeux.

Je crie tandis que je m’abandonne, tandis qu’une jouissance infinie se déverse aux bords de mon corps.

Je suis bouillante, mes joues doivent être couleur de feu. Je regarde mon visage tandis que je reprends petit à petit mon souffle. La jouissance vient de me rendre encore plus belle. Je baisse un peu la vitre pour laisser le vent me fouetter le visage et avec le vent, c’est le souffle de la nuit qui entre, c’est aussi le bruit régulier des roues sur les rails qui poursuivent le voyage.

«»

Retrouvez ces caresses intimes dans Les Femmes diamants !


Salut à tous,

Après Istanbul, le directeur de mon journal m’a envoyé au Kenya pour couvrir un sommet international. Comme tout sommet, cela est souvent long….très très long ! J’ai profité de mes longues heures d’attente dans le lobby de mon hôtel pour écrire une nouvelle aventure aux parfums de l’Afrique et de la Savane !

Si parfois j’invente un peu pour mes romans, l’anecdote que je raconte ici s’est vraiment passée (j’ai par contre changé les prénoms, je n’avais pas envie qu’on puisse identifier ma naïade !!) J’espère que vous aimerez cette aventure coquine dans la piscine de mon hôtel de Nairobi !

«»

Deux femmes dans une piscine

Soudain, j’entends l’eau murmurer. Quelqu’un nage doucement d’un bord à l’autre. Je fouille dans l’obscurité jusqu’à découvrir une forme humaine aux rondeurs délicieuses. La naïade est africaine. Sa peau est café au lait !

« L’eau est délicieuse ! » roucoule-t-elle en s’approchant du bord où je me trouve. Ses yeux pétillent de jeunesse. Elle est belle. Se hissant à la force des bras, elle s’assoit près de moi, souriante. Placés haut sur son buste et légèrement en poire, ses seins pointent. Au bas du ventre, sa toison féminine dessine un coussinet soyeux qui se sépare en deux autour des replis roses de son sexe : elle a les cuisses ouvertes et une jambe repliée, talon contre une fesse appuyée sur le bord du bassin.

Mon peignoir s’entrouvre sur mes rondeurs et le souffle léger du vent vient taquiner les zones érogènes de mon corps, ajoutant à ma frivolité.

« Je me prénomme Koa ! » fredonne gentiment mon amie de la nuit.

Je lui murmure mon prénom.

« Léa… Koa… nous sommes des filles de l’amour ! » énonce-t-elle avec une nuance de malice dans la voix. Elle parle français sans aucun accent, mais elle doit pratiquer l’anglais et le swahili avec la même aisance. Si sa peau n’est pas aussi foncée que celle des gens d’ici, c’est qu’elle doit avoir un père africain et une mère européenne.

Soudain, elle se retourne et, les mains appuyées sur le bord de la piscine, elle bat des pieds dans l’eau, me regardant de son sourire coquin.

« Viens ! » fait-elle avant de se laisser couler le long du marbre bordant le bassin. Jusqu’à passer dans le faisceau éblouissant du projecteur resté allumé de ce côté de la piscine. Puis, elle se couche au fond de l’eau et nage lentement en arrière, les yeux ouverts et la bouche souriant toujours avec la même malice.

L’eau est tiède.

Mon peignoir ne reste pas longtemps accroché à mes épaules. Nue, je descends doucement dans le bain, me laissant surprendre par l’onde calme qui m’épouse par amour et m’offre déjà les voluptés secrètes d’une lune de miel. Le menton posé à la surface du bain, je glisse sur l’eau et m’enfonce pour rejoindre Koa.

Ensemble, nous nageons presque au fond de la piscine jusqu’à ne plus pouvoir résister, les poumons criant leur asphyxie. Comme aspirées vers la surface du bain, nous remontons, enlacées sans le vouloir.

« Délicieuse, non ? » murmure ma jeune amie tandis que la pointe de ses seins flirte avec les boules durcies de mes tétons.

Je fais oui de la tête. Mes lèvres effleurent sa bouche. Un désir naît doucement en moi et s’épanouit librement. Pourquoi refoulerais-je cette envie délicieuse qui me surprend et me réjouit ?

Koa ricane doucement. Laissant sa bouche frémir un instant contre la mienne, elle s’évade soudain en nageant un crawl silencieux, les jambes serrées et les fesses sorties de l’eau, comme pour me provoquer davantage. Son corps ondule jusqu’au bord du bassin. Là, elle se redresse lentement et se tourne vers moi, pédalant dans l’eau pour garder le buste en surface. Sa peau scintille et les étoiles semblent se refléter sur son corps comme sur un miroir fantastique.

Enjouée, je la rejoins. L’émotion grandit en moi. Une étrange fièvre m’envahit. Tout frémit en mon corps et une boule de feu roule nerveusement dans le secret de mes entrailles. Le désir devient irrésistible.

« Tu es très belle ! » me complimente la jeune Africaine en laissant encore sa poitrine caresser mon buste. Mais, cette fois, sa bouche ne se contente pas de frémir contre mes lèvres : la pointe de sa langue curieusement rose passe furtivement entre mes muqueuses, et repasse plus paresseusement, s’enfilant entre mes dents pour cueillir un baiser interdit que je ne refuse pas.

À nouveau, elle m’échappe, nageant jusqu’au centre du bassin où elle s’immobilise en attendant que je la rejoigne. Son petit rire malicieux coule en cascade à la surface du bain. Ses yeux scintillent comme des lucioles.

Une fois contre elle, je m’accroche à son cou. Mon pubis frissonne contre son bas-ventre. Mes seins s’écrasent contre les siens. Ma bouche ne reste pas longtemps sage contre ses lèvres à la pulpe savoureuse. Puis, nos jambes se nouent et nous coulons un peu.

À présent, Koa ne retient plus ses caprices voluptueux. Ses mains caressent mes flancs avant de fouiller entre mes cuisses pour allumer plus encore les trésors de ma féminité. Un doigt trouve facilement le « Sésame » de mon intimité sexuelle.

Tourbillonnant au milieu de la piscine, nous récoltons un plaisir érotique qu’il serait bien impossible de nous interdire. Mais où est le mal ? Ces caresses n’ont pas le goût du vice. Ces baisers ne sont pas pernicieux. Un élan de tendresse, ou d’amour tendre, nous réunit. La vie est trop courte pour qu’on en refuse les plaisirs.

Tandis que ma langue va et vient dans la bouche de Koa, mes mains s’accrochent à ses fesses et je la serre contre moi, pour sentir son pubis frissonner contre le mien. Le frottement s’aggrave. Nous nous berçons l’une contre l’autre, jusqu’à améliorer la fièvre érotique qui nous surprend. Les pulsions s’épanouissent. L’aventure se complique. Une merveilleuse audace nous guide. Bientôt, j’ai le sexe investi et mes doigts explorent la féminité de mon amie. Des frissons montent en nous, au même rythme, avec la même force. Le plaisir ne sera pas long à venir.

La surface du bain dessine une onde folle autour de nous. L’eau nous caresse. Ajoutant à notre ivresse une magie particulière.

Puis, la fête explose en nous. Un feu d’artifice éclate au fond des entrailles. Une sève brûlante coule dans nos veines et dans les boucles de notre féminité.

Longtemps, nous restons soudées l’une à l’autre, encore étonnées d’avoir cueilli ce bonheur facile. Puis, nous nous séparons, nageant chacune vers un bord de la piscine, comme si nous décidions de nous séparer définitivement avant que d’avoir à en souffrir. L’aventure amoureuse entre deux femmes ne devient grave que si elle persiste. Il faut savoir en faire un instant, et rien qu’un instant.

Tandis que je m’assois sur le bord du bassin et que j’enfile mon peignoir, j’entends la voix de Renaud Angevin monter parmi la nature endormie.

« Léa ? » appelle-t-il en se dirigeant presque par instinct vers le bassin où je suis.

De l’autre côté de la piscine, Koa récupère une serviette de bain qu’elle avait déposée sur le marbre froid et, sans se tourner vers moi, elle disparaît dans l’obscurité troublée par quelques lucioles qui évoquent ses yeux.

«»

Retrouvez la suite de cette nage érotique dans « La Proie d’ébène » !


Bonjour à tous,

Comme promis, toutes les semaines je vous raconterai un épisode de mes aventures.
Cette semaine, je vous emmène en Italie, dans la banlieue de Rome où j’avais été en contact avec un mafioso local, Filbo. Adepte de femmes, je lui avais présenté deux amies avec qui il n’a pas tardé à faire connaissance…. sexuellement…. !

 «»

La blonde repousse la brune pour reprendre sa place sur le sexe de l’Italien un peu fatigué. Elles ont juré d’arriver à l’exciter et elles y parviendront. La brune se remet à quatre pattes, la croupe bien en évidence, et attrape le vibromasseur pour se l’enfourner une fois encore dans le sexe.
Filbo observe ces rondeurs digne de Fellini. Un frisson le parcourt.
– « Resta cosi ! »
La fille ne comprend pas et se retourne, le godmichet à la main. Elle sourit, naïve ou niaise, et fait un signe de la tête plutôt que de prononcer un mot.
– « Girati ! »
Elle retourne à sa posture primordiale.

Prenant la blonde par une oreille, puisqu’il ne peut pas la prendre par les cheveux qu’elle a trop courts, il l’oblige à pencher la tête sur son sexe et à le sucer plus vigoureusement. Il ne rate pas le spectacle obscène que lui offre l’autre : deux hémisphères énormes tranchés par une raie sombre, ponctuée par l’anus. Un peu plus bas, le sexe, gras, velu, déjà ouvert.
Peu à peu, le sang afflue dans les masses spongieuses de son pénis. Un désir monte en lui. La verge emplit de plus en plus la bouche de la blonde. Comment s’appellent-elles, ces deux minettes ? Oh, peu importe ! Le phallus devient encombrant. Filbo sent la force virile grimper en lui. Rien que cette impression lui fait plaisir. Lorsque la blonde est obligée de s’écarter de lui pour continuer à sucer son membre, il est ravi. La longueur de son sexe a toujours ému les femmes.

La blonde lâche le membre et l’observe.
– « Ma com’é grande ! »
Filbo ricane.

Filbo se met à quatre pattes derrière la brune et lui enfonce brutalement sa verge jusqu’au fond du sexe pour aussitôt l’usiner, sans douceur. Cette fille n’est pas du genre à aimer la douceur en amour. D’ailleurs, s’agit-il d’amour avec elle ? Filbo ne se souvient pas d’avoir fait l’amour avec une femme depuis qu’il a quitté la sienne, légitime. Il n’a fait que la violence, la bestialité, tout ce qu’il ne pouvait pas faire avec Nerina, car elle s’appelait ainsi.

****
Calmement, de son petit poste d’émission caché au sous-sol d’une superbe villa dans les environs de Tivoli, Léa énonce son message : Brigades roses… hold-up banques… meurtres… attentat ministre.

«»

 

Vous pouvez retrouver la scène complète dans mon livre les Brigades Roses !